Catégorie : Accueil

Déclaration de la Confédération CFE-CGC à propos de l’Afpa

L’AFPA a toutes les compétences nécessaires pour s’inscrire dans le plan d’investissement dans les compétences promis par le gouvernement

Depuis la transformation en EPIC et la création des deux filiales « Accès à l’emploi » et « Entreprises », les missions de service public de l’AFPA sont concentrées dans la partie EPIC de l’AFPA.

Parmi ces missions, le support au Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) fait partie du domaine d’expertise des salariés de l’AFPA.

Avec le Plan d’Investissement Compétence qui doit concerner un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes décrocheurs, les opérateurs du CEP, et en particulier Pôle Emploi, vont être mis à contribution de façon intense.

Depuis 70 ans, l’expertise de l’AFPA en matière de formation des publics de niveau 5 et 4, son maillage territorial, les compétences de chacun des salariés en matière de conseil et d’orientation en font un acteur incontournable au moment où Pôle Emploi va avoir besoin du « support et de l’appui aux opérateurs du CEP » qui font partie des missions clairement identifiées de l’EPIC.

Dans le contexte de ce plan, que le gouvernement veut ambitieux, d’une transformation voulue « disruptive » de formation des demandeurs d’emploi, la CFE-CGC propose au gouvernement d’ouvrir le champ des possibles et de former une synergie unique en France en renforçant ce lien naturel entre l’AFPA et la formation des personnes éloignées de l’emploi.

Pour la CFE-CGC, il paraît indispensable de renforcer l’expertise de ces opérateurs du CEP et qui mieux qu’un salarié de l’AFPA, vivant dans un contexte professionnel calqué sur la réalité de terrain (des ateliers grandeurs nature) pour orienter, conseiller et accompagner ?

Qui mieux qu’un salarié de l’AFPA, doté d’une riche expérience professionnelle (15 ans en moyenne) pour connaître professionnellement les différences de compétences entre un carrossier peintre et un peintre carrossier, un infographiste metteur en page et un infographiste web designer, un maçon coffreur et un maçon traditionnel ? La liste est longue des métiers, des compétences, pour lesquels l’empreinte du vécu aide au discernement de l’orientation d’une façon compréhensible par tous les publics et notamment les candidats stagiaires du niveau V et IV. C’est en ce sens que l’AFPA a un rôle potentiellement majeur à jouer ; rôle que les salariés de l’AFPA jouent déjà très souvent dans la réalité mais sans prise en compte par ceux qui évaluent la place de l’AFPA dans le Service Public de l’Emploi (SPE).

Alors que l’expertise des salariés de l’AFPA n’est plus à démontrer, ce PIC est donc une opportunité dont le Conseil d’Administration et surtout les Ministères de tutelle doivent se saisir pour le développement de l’EPIC. Il serait totalement incohérent, que ce plan d’investissement, qui se veut majeur, se traduise par une réorganisation structurelle de l’AFPA avec des conséquences néfastes sur l’emploi de ses salariés.

En tout état de cause, le plan stratégique de développement de l’AFPA en discussion dans les ministères de tutelle en ce moment ne devra, pour nous, comporter aucun départ contraint.

Pour la CFE-CGC, le gouvernement doit maintenant donner les impulsions nécessaires pour que « le grand plan pour une société de compétences » qui nous est promis soit réellement novateur et qu’il donne à l’AFPA toutes les chances de son développement pour le plus grand bien des publics visés.

Compte-rendu du CRE Nord Pas de Calais janvier 2018

Un CRE dense avec pour épine introductive la potentialité d’un marché de formation SEVEL NORD de 468 000 € pour la 1ère phase qui pourrait être refusé en l’absence d’accord syndical sur une procédure d’information consultation liée au travail de nuit ( voir compte rendu ),  ce que la CFE CGC regrette fortement et nous apparaît comme assez incompréhensible dans le contexte de récession que l’AFPA vit.

Verbatim :«  Arrivée de Christine MARTOGLIO comme DRH  en remplacement  de Pascal SANDIFORT » – « Une nouvelle collaboratrice Virginie MAURET viendra épauler l’équipe d’administration des ventes »

 « Demande d’information consultation du DR sur le travail de nuit dû à une demande de marché privé en 3X8h à SEVEL NORD pour un montant de 468 000€ »  

« CA à 79 M€ à fin novembre 2017,  9M€ de plus que l’année précédente » – « Résultat net négatif de – 15 Millions d’€ pour la région » – « budget socle 2018 estimé de CA de 69 M€ au lieu de 84 M€ en 2017 «  – « Dans les bruits de couloirs, certains éléments me laissent dire que la 2ème vague sera plus positive » – « Sur le CIF CDD, il y aura plus d’argent en 2018 qu’en 2017 » – « Sur la base de ce budget socle, la baisse des effectifs continue : – 77 CDI »

« Personnel transféré Accès à l’emploi :  27 CDI transférables, 1 CDD transférables, 3 non transférables. » – « Personnel AFPA Entreprises :       15 CDI transférables, 6 CDD transférables, 5 non transférables » -« Les salariés étant désignés ou élus au niveau des IRP ne sont pas transférables à titre provisoire dans l’attente des élections. » –

 « Nombre de jour d’absence moyen par ETP en baisse depuis 3 ans  2016 : 23 jours – 2015 : 28 jours – 2014 : 29  jours » – « 56 % des effectifs ont plus de 50 ans (55 % en 2015, 54 % en 2014), 4 % ont moins de 35 ans » – « 10 licenciements en 2016, 6 en 2015, 4 en 2014 » – « 4 ruptures conventionnelles, 3 en 2015, 1 en 2014 » –

« La démarche en justice engagée en référé par les OS à l’encontre du DR – à l’exception de la CFE CGC – a été déboutée. Les OS sont condamnées au montant de 2000 € »

 Le CR ici : CR CFE CGC du CRE de Lomme du 16 janvier 2018

« En direct du CCE extraordinaire du 19 décembre »

Verbatim :  » Les filiales sont adhérentes au groupement de moyens et les mises à dispositions habituelles des ressources se font de l’Epic vers les filiales, pas le contraire. »

 » Filiale Accès à l’emploi : le budget intègre une prévision de perte de 2,8 M €. Perspectives à Moyen Terme : ce serait que les résultats se redressent. Le capital social de 15 M € mis en place permettra d’absorber la perte de la 1° année. Il n’y a pas de conséquences sociales en soi de cette perte de 2,8 millions d’années. Il pourrait y avoir des difficultés si les pertes perdurent sur plusieurs années

Besoins de trésorerie sur l’Epic en 2018 : Comment cela va se passer en 2018 pour couvrir le besoin de trésorerie ? Par la nécessité d’efforts de l’Afpa pour trouver les solutions, et par le soutien de l’Etat. » – « Taux d’intérêts servis aux filiales dans les conventions de comptes courants financiers : Ce qui est prévu, c’est que l’Epic rémunère les prêts des filiales à l’Epic à hauteur de 2 % par rapport au coût de l’argent à court terme.

 » Il y a une convention de gestion centralisée de trésorerie. L’apport en trésorerie initial de l’Epic aux filiales est un apport définitif. L’argent qui est donné appartient définitivement aux filiales » – « Les filiales n’ont pas vocation à avoir une activité de banque »

« La DG  va émettre un mail avec un courrier joint pour informer le personnel concerné sur leur transfert dans les filiales. » – « Parallèlement, les salariés protégés par des mandats recevront également un courrier d’information. » – « Les assistant(e)s commerciales sont transféré(e)s sur la partie filiale Entreprise, ainsi qu’il a été envisagé dès le début » – » Les salariés non transférables dans les filiales (du fait de mandats électifs ou désignatifs) garderont leurs mandats jusqu’à l’avis de l’Inspection du Travail.  » 

« En attendant d’avoir mis en place un dispositif qui permette de mesurer la consommation des moyens de production (temps formateur, temps d’utilisation des plateaux techniques), c’est l’information sur les HTS qui est utilisée pour estimer le temps formateur comme base de facturation. »  – « Sur la sollicitation des moyens pour parvenir à une augmentation de la productivité de travail : c’est l’un des chantiers qui doit être pris en compte dans le cadre des orientations stratégiques » – « Les premiers mois de 2018, et c’est intégré, il y aura une dégradation du BFR » – « Si le Contrat d’Objectifs et de Performance remettait en cause les perspectives pour 2018, il y aurait un budget révisé qui serait présenté au Conseil d’Administration.

« En direct du CCE des 13 et 14 décembre 2017 »

Vous trouverez ci-dessous le déroulé du Comité Central d’Entreprise des 13 et 14 décembre 2017, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Générale.

Vous trouverez  également les déclarations de la CFE CGC dont une sur les élections professionnelles Déclaration CFE CGC pour une demande d election professionnelles CCE 13 11 2017  

et une sur la situation économique : Déclaration économique CFE CGC CCE 13 et 14 décembre 2017 VD

Un CCE dense marqué par de très nombreuses interruptions de séance

 VERBATIM :  « Le budget 2018 est sans visibilité en raison de la réforme de la Formation Professionnelle et du  Plan d’Investissement Compétences »-« Le chiffre d’affaire 2018 est en baisse de 6% par rapport à 2017 (683M€ vs 727M€) »-« Le programme  Migrants et Réfugiés (HOPE) se verrait en hausse de 158% par rapport à 2017 »-« Sur les Conseils Régionaux nous prévoyons une baisse de 66M€ par rapport à 2017 »-« Sur Pôle Emploi nous prévoyons un CA en hausse pour atteindre à + 67,5M€. »-« Marché Entreprises :nous avons fait le choix de sécuriser le CA que nous avons aujourd’hui sans avoir d’ambition démesurée. La responsabilité des 2 filiales est confiée à Rémi BORDET »

« Nous constatons qu’il y a eu beaucoup plus de départ que prévu en 2017 (436 départs de CDI et  455 départs de CDD). »-« Les charges de personnel seraient en baisse de 7,9% par rapport à 2017. »-« Sur les retraites, nous avons réalisés à fin novembre 2017, 263 départs en retraite »-« Résultat net prévu en 2018  de – 135M€ avec un besoin de trésorerie non financé de 116 M€ »-« Le plan 500 000 n’a pas permis d’améliorer les équilibres économiques »-« Les fonds propres de l’Afpa se réduisent. »-« La transformation en EPIC a même des impacts induits compte tenu des charges d’impôts nouvelles »-« Début 2017 nous avons encore 220M€ de capitaux propres et ils resteront encore positifs en fin d’année. »

 «  l’Etat est garant de votre continuité mais sous contrôle accru et ceci ne se fera plus sans contrepartie. Cette contrepartie semble un plan de redressement  structurel à moyen ou à long terme. »-« L’accord intergénérationnel est maintenu jusqu’au 31 mars »-« Nous devons prendre une décision pour la reconnaissance de l’Unité Economique et Sociale »-« La comptabilisation des indemnités de départ en retraite n’était pas provisionnée pour l’instant (chose autorisée) mais maintenant le comité d’audit devra faire le choix de les apparaitre ou pas »-« Sur le plan social il n’y a pas de différence entre les salariés de l’Epic et des filiales. S’il y a une UES il y aura un Comité Central d’UES. »

  Les psychologues du travail, groupe fermé,  doivent être intégrés dans une activité de chargé de recrutement, rien ne change. »-« Egletons : 12 à 13 formateurs, 3 managers sont concernés. Certains de ces agents ont des compétences transverses qui peuvent être utilisées sur d’autres postes de travail (mobilité professionnelle). « -« Dématérialisation du bulletin de salaire : un « coffre-fort personnel » sera à disposition de chaque salarié, afpa.mypeopledoc. Le salarié peut refuser cette nouveauté »

 

 Bonne lecture CR CFE CGC AFPA EN DIRECT DU CCE des 13 et 14 décembre 2017 (1)

SNPEA © 2016