Catégorie : Accueil

« En direct du CCE extraordinaire du 29 novembre 2018 »

Cher(e)s collègues,
vous trouverez ci-joint le déroulé du Comité Central d’Entreprise extraordinaire du 29 novembre 2018, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Générale.
Verbatim :  « 126 M€ sont concernés par le projet de restructuration (formation, mesure accompagnement etc…) »-« . L’intention de l’Afpa est de faire qu’après le PSE, nous puissions perdurer »
« Nous allons réinviter les Organisations Syndicales Représentatives  pour revenir en négociations le 11 décembre »
« Il est envisagé des formations d’adaptation au nouveau poste (300 heures max à voir). »-« Les catégories sont larges »-« Il ne faut pas qu’il y ait des compétences majeures qui soient divisées »-« Pour les Formateurs, le travail a été fait avec la DIFQ « -« Si les Formateurs maitrisent 50% des compétences d’un autre titre on les a regroupés en 1 seule catégorie mais il faut une réciprocité obligatoire
pour permettre l’interchangeabilité des fonctions.  –« nous avons déterminé les complémentarités et passerelles entre les métiers et non pas entre GRN. »-« L’intitulé de la fiche de paie et le travail réalisé au quotidien est un autre sujet»-« On considère qu’il y a recouvrement sur 2 spécialités si la moitié des activités est réalisable sur l’une ou l’autre.
« Même calcul (50%) au niveau des compétences maitrisées pour tenir les 2 emplois. »-« Nous n’avons pas tenu compte du niveau de qualification des Formateurs (Expert, Conseil…) dans nos travaux.
« Les compétences transverses d’un Chargé de Mission existent mais la famille métier peut être différente (RH, commercial, gestion »
« Le nombre de postes supprimés peut être impacté uniquement  à la baisse par la mise à jour des fichiers et/ou la négociation»-« Les emplois vacants seront sur la Bourse »-« la priorité sera bien sur donnée à l’interne. » 

Résultats du sondage « Négociations PSE »

Le sondage effectué le lundi 26 novembre a permis aux salariés de l’AFPA de s’exprimer.  C’est une 1 ère que la CFE CGC est fière d’avoir porté. En raison d’attaques malveillantes, nous avons du suspendre le sondage vers 18 h Ce sondage a réuni 1635 votants en 7 à 8 h de temps. C’est donc une totale réussite. Car sans nul doute, s’il avait duré plusieurs jours, il aurait atteint 5 ou 6 000 votants.
Certes même si cela ne reste qu’un sondage il donne une tendance fortement « représentative », en exprimant des résultats qui montrent des prises de position différentes. 
 
André THOMAS 
Président SNPEA CFE CGC AFPA

Le tableau ci-dessus montre les résultats du sondage effectué le lundi 26 novembre  2018 à partir de 9 h. A partir de 16 h 30 alors que le flux baissait, le système d’analyse du site (c’est pour cela que l’avons choisi payant) a commencé à détecter des multiples votes identiques et consécutifs issus d’une même source. Entre 16 h 30 et 16 h 42, nous avons eu 47 votes consécutifs du même type sur une zone très précise. Puis sur une autre zone. Et ainsi de suite. Pour un total de 253 votes identiques et continus .  Du fait du caractère de la récurrence statistique anormale, (attaques malveillantes ? )  qui auraient pu durer toute la nuit, nous avons préféré suspendre le sondage lundi soir vers 18 h. Le tableau exprime bien les votes sans ces récurrences  anormales.

 

Compte-rendu du CRE Nord Pas de Calais – Berck 20 novembre 2018

Ci dessous le déroulé factuel du Comité Régional d’Etablissement sans commentaire ni interprétation.
Un CRE assez bref ( fin 15 h 30 ) marqué par une suspension de séance où les collègues de Berck nous ont présentés toutes leurs inquiétudes légitimes.
 
Verbatim : « je renouvelle ma demande pour que vous reveniez à la table des négociations »-« L’AFPA doit s’adapter à un nouvel environnement qui est celui du marché de formation professionnelle et de la réforme en cours »-« Le 10 décembre prochain avec Hepta nous aurons une visibilité sur 2019 »-« Le CR a essentiellement travaillé avec les branches professionnelles pour, car c’est sa ligne directrice »-« il y a, dans notre région, de la bienveillance politique qui est somme toute conjoncturelle mais qui ne nous donne pas les solutions sur des problèmes structurels. »-« Prépa compétences :  3500 Demandeurs sont visés par cette mesure. Elles ont été utilisées pour 898 d’entre elles »-« Malgré tout le taux de réalisation est insuffisant pour atteindre l’objectif à fin mars. Si on continue à ce rythme on sera à 2000 fin mars, ce qui n’est pas envisageable »-« SIEG : Le SIEG est souple. Sur Valenciennes, la durée moyenne est de 71 h »-« Notre coût pivot est de 2340€  par parcours en moyenne en intégrant de la formation en centre et en entreprise 
Un outil de suivi des parcours  a été mis en place : PANDA. »-« Pour information, le PACTE va concerner 740 M€ pour 4 ans »-«  15 personnes sont concernées par des promotions au 30 juin 2018 dont 2 personnes ayant des désignations ou des mandats syndicaux »-  « Régularisation au titre des subventions pour les œuvres sociales pour 2017. »-« C’est l’unité DIRECCTE IDF qui est désignée compétente pour la validation ou pas du PSE. »
 
Les résultats du sondage sur la reprise ou pas des négociations, vous seront communiqués la semaine prochaine
 
 
 
Votre Equipe Régionale :
 
André THOMAS  DSR – Carole LOGEZ DSE Dunkerque Hazebrouck Véronique BECQUE DSE DR
 Xavier LHERBIER DSE Calais – Pascal VERBEKE DSE Lomme – Christiane PIETRZACK DSE Valenciennes

« En direct de l’ICCHSCT du 14 et du CCE du 15 novembre 2018 »

Verbatim ICCHSCT : « La majorité des syndicats s’étonnent du peu de participation des salariés aux différents mouvements de grève. Ils pensent que les salariés sont résignés face à ce qui se passe. »-« Le projet d’AFPA Village pour faire venir des partenaires sur nos sites parait difficile à mettre en œuvre, car il faudrait investir 1 milliard 200 millions € »-«  Débats houleux, voire irrespectueux, les représentants de l’instance étaient dans l’invective »-« La DG a menacé par 2 fois de quitter la séance »-« Certains accusent la DG de séquestrer la démocratie »-« A chaque tirade d’un membre, les applaudissements pleuvent, il s’agit bien d’une instance officielle pourtant. « -« La DG a bien confirmé que les pertes cumulées seront de 1 Milliard€ en fin 2018 »-« De nombreux membres de l’ICCHSCT ont fait remonter la communication désastreuse dont a fait l’objet le PSE dans beaucoup de centres par les directeurs »-« Nous pensons que les prochaines réunions seront plus constructives. Ces moments sont  inévitables et importants car ils témoignent l’expression de la souffrance légitime des collègues.

Verbatim CCE : « Les élus du CCE refusent la venue des Directeurs Régionaux pour exposer les problématiques de leurs régions. »-« . Nous réunissons un Comité Stratégique début décembre avant le Conseil d’Administration. »-« Je rencontre les Présidents de Région »-« Les salariés sont en colère et nous avons ensemble une responsabilité de négocier »-« La Fédération de la Formation Professionnelle a déposé une plainte sur le positionnement de l’Afpa sur les marchés concurrentiels à la création de l’EPIC. « -« le potentiel de 600 départs en retraite s’intègre dans le projet. »- « transmettez nous vos questions en avance pour que l’on puisse vous répondre en séance. » – Fin du CCE 11h 35….

Direct du CCE : CFE CGC EN DIRECT DU CCE Extraordinaire du 15 11 2018

Direct de l’ICCHSCT : CFE CGC EN DIRECT DE L ICCHSCT du 14 11 2018 VF

Déclaration en CCE : Déclaration CFE CGC CCE extraordinaire 15 11 2018

Nous voudrions comprendre….

Pourquoi les élections ont été reportées et les  mandats ont été prorogés le 18 juin dernier pour la 3ème fois, empêchant de fait l’expression démocratique de nos collègues depuis 2016 jusqu’à 2019 ?

Pourquoi 4 organisations syndicales n’ont pas voulu que la CFE CGC participe à la négociation en tant qu’observateur ?

Pourquoi, alors qu’elles sont censées défendre les intérêts de TOUS les salariés, elles refusent de négocier dès la 1ère réunion du  5 novembre ?

Alors maintenant il faut agir !

Les salariés nous disent vouloir négocier, attendent de ce plan des réponses qu’il est trop tôt de gâcher. Demandez leurs, interrogez les ! 

Dès demain Négociez !

Car plus on prend  du retard, plus on s’enlise et moins il y aura de temps à travailler sereinement sur le projet, la réorganisation de l’AFPA et son corollaire : la survie puis son développement.  Et à moins d’être dans le déni,  les postures et les tactiques partisanes ne feront qu’affaiblir notre Agence.

Certains d’entre nous disent qu’il y aura un deuxième plan en 2020….Dans ces conditions, est-ce bien raisonnable de ne pas travailler à l’amélioration du plan ? Ce n’est pas ce que pense la CFE-CGC  Afpa

Le risque d’une telle posture est bien présent : celui d’un accord unilatéral à minima alors qu’il y a aujourd’hui – on le sait ! – des marges de manœuvres possibles -sur les délais, les seuils, les montants des indemnités, des aides …

Alors chacun doit prendre ses responsabilités, comme nous avons toujours pris les nôtres (vote pour l’EPIC et les orientations stratégiques…), et entrer en négociations pour le bien de tous et toutes !

N’était-ce pas le motif de la prorogation du 18 juin dernier : défendre les salariés au plus près du terrain, ceux qui s’en vont et ceux qui restent…..?

NOUS, NOUS DEVONS  DE CONSTRUIRE L’Afpa DE DEMAIN

« En direct du CCE extraordinaire du 7 novembre 2018 »

Cher(e)s collègues,

Vous trouverez ci-dessous le déroulé du Comité Central d’Entreprise extraordinaire du 7 novembre 2018, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Générale.

 VERBATIM & COMMENTAIRES :

« Hier nous avons obtenu le projet « Inclusion Afpa Village » avec 5 autres lauréats. » NDLR : L’Afpa fait partie d’un consortium constitué avec 5 partenaires, sur le projet « La main, le cœur, la tête » retenu avec 5 autres projets dans le cadre de l’appel à projet « 100 % inclusion – la fabrique de la remobilisation ». Champ géographique du projet auquel participe l’Afpa : quartiers de la ville Marseille et Seine Saint Denis.

« L’appui de l’Etat n’est pas envisageable avec les positions de la Commission Européenne »

« Il faut une stratégie d’adressage de notre offre vis-à-vis des individus qui sont demandeurs d’une réponse individualisée » – « Nous devons changer notre modèle pour répondre à la demande individuelle (CEP, CPF, CPF de Transition…) »

« Nous avons un rôle à jouer sur l’accompagnement des personnes qui ne sont pas autonomes dans leur évolution professionnelle »

« La situation est déficitaire et ne cesse de s’aggraver, nous perdons des parts de marché avec les Conseils Régionaux » – « La pérennité de l’Agence est menacée sans transformation avec un projet, j’en conviens, difficile »

« Revoir le contrat social : un travail est envisagé sur la polyvalence de certains métiers, peut être une certaine mobilité à favoriser »

« Nous devons retourner à un EBE positif à 2020 » – « L’abaissement de notre masse salariale contribuera à ce rétablissement »

« Le projet de réorganisation proposé peut être amendé pendant les 4 mois d’Information/Consultation »

« 2 dispositifs de volontariat dans le projet de réorganisation : l’Espace Information Conseil…qui accompagnera les salariés en cas de départ volontaire et la Plateforme de Mobilité Interne qui affichera les postes accessibles après les départs volontaires. Elles seront localisées en Région. Le pilotage sera national. »

 

« Le Dispositif de Transition de Fin de Carrière (DTFC) avec suspension du contrat de travail pour 12 mois maximum avant liquidation des droits à la retraite. Pour les salariés licenciés, il y aura une Antenne Emploi pour accompagner chaque salarié pour l’identification et la mise en œuvre d’un projet professionnel. »

« Toute entreprise qui licencie pour raisons économiques doit présenter un dispositif d’accompagnement et un revenu de remplacement pendant la période de reclassement (maximum 10 mois) »

Désignation en session CCE de l’Avocat Conseil du CCE Maitre Rilov (abstention CFE-CGC) : La CFE-CGC s’est exprimée en bureau du CCE en faveur d’un autre avocat, consulté également par les OS dans le cadre de la désignation de l’avocat conseil du CCE. La sélection de l’avocat ayant déjà été actée en bureau, les élus de la CFE CGC ont pris la décision de s’abstenir lors de la désignation en CCE, faute d’autre choix possible en séance.

La situation économique de l’Afpa doit être redressée rapidement, et toute intervention politique locale doit nécessairement s’accompagner de solutions de financement viables. Quel que soit le niveau de ces interventions, il nous apparait néanmoins toujours aussi vital de procéder à la transformation de notre modèle, afin de le rendre plus adapté à un environnement de la formation professionnelle en totale révolution. Pressentant les difficultés auxquelles allaient être exposée l’Afpa, la CFE CGC avait défendu en 2009 le rapprochement de l’Afpa et de Pôle Emploi, via un changement de statut, pour constituer un Service Public de l’Emploi et de la Formation. La décision politique n’a pas été prise en ce sens, au profit de mesurettes entrainant un statut quo, jusqu’à la transformation en EPIC, avec une situation économique trop dégradée. Nous avons encore demandé récemment à ce que l’AFPA intègre le futur grand public d’insertion.

Avec le sentiment d’être à la croisée des chemins, nous serons vigilants sur la portée des mesures qui seront négociées et prises pour la pérennité de l’Afpa, outil de service public majoritairement ancré dans un secteur concurrentiel. Tout comme nous veillerons sur la qualité de l’accompagnement à engager auprès des salariés, particulièrement à l’endroit des victimes des licenciements économiques estimés. Si nous ne pouvons participer de droit aux négociations, n’étant pas (encore) représentatifs, nous saurons faire entendre notre voix chaque fois que de besoin.

Vous pouvez compter sur nous pour agir avec la plus grande lucidité, pour la recherche du bien collectif. Car nous avons conscience que le véritable courage est de faire ce qui est juste.

Lire le direct ici : CFE CGC EN DIRECT DU CCE Extraordinaire du 07 11 2018

Message de la CFE-CGC Afpa sur le PSE 30 octobre 2018

Bonjour à toutes et à tous,

« Si nous ne faisons rien nous allons dans le mur et un jour l’Afpa sera en faillite »
Muriel PENICAUD – Assemblée Nationale- Mercredi 25 octobre 2018


C’est par ces mots que Muriel PENICAUD clôt un échange avec un député à l’assemblée nationale au sujet de l’AFPA. C’est la 1ère fois de notre histoire que ces 2 mots sont utilisés dans la même phrase. Pas conjugués heureusement ! Elle ne signifie pas que l’AFPA « SERA » en faillite mais que si rien n’est fait, c’est une hypothèse envisagée. La CFE CGC pense que le plan actuel ne solutionne pas tout, bien loin de là, mais que repousser sa mise en œuvre, revient tout simplement à hypothéquer l’avenir de l’AFPA.

Nous en appelons donc à la responsabilité individuelle de chacun et espérons que toute politique de la terre brûlée soit abandonnée par les différentes parties (La gouvernance, la direction, les manageurs, les syndicats, les salariés, les décideurs politiques), pour éviter, comme l’évoque la ministre, « la faillite » de l’AFPA.

La CFE CGC croit en l’avenir de l’AFPA comme nous n’avons jamais cessé de le faire, en multipliant les propositions depuis 3 ans, mais sous réserve de nous inviter à la table des négociations ( la direction n’a toujours pas répondu à notre demande du 18 octobre ) , et sous réserve de mettre en œuvre les multiples propositions faites depuis 3 ans. Immédiatement ! Le temps presse !

Nous vous conseillons de regarder l’échange à travers le lien suivant

http://lcp.fr/emissions/questions-au-gouvernement/289729-questions-au-gouvernement-du-mercredi-24-octobre-2018

Lisez notre déclaration !
SNPEA © 2016