Catégorie : Comité Central d’Entreprise

« En direct du CCE extraordinaire du 23 mai 2018 »

Un CCE extraordinaire  dans l’attente de décisions, non officialisées pour l’instant, mais qui renforceraient l’AFPA sur des activités nouvelles. Afin de ne pas compromettre les chances d’aboutir à une contractualisation d’une négociation toujours en cours, le CCE  et l’ensemble des organisations syndicales, ont été tenues de conserver la confidentialité sur ce sujet – chose que nous respectons, sous réserve d’annonces officielles.

Verbatim :
Constat/ orientations : « Nous sommes sur un champ concurrentiel et nous devons donc nous positionner pour être concurrentiel. » – « Nous avons identifié des secteurs de niches sur lesquels l’Afpa est bien positionné, des secteurs à repenser » – « Le Chiffre d’Affaires/heure est un des indicateurs d’aide à la décision » –  » Il faut faire évoluer notre catalogue de manière prospective » – « l’hébergement, la restauration et l’environnement matériel sont jugés insatisfaisants » – « Les secteurs sur lesquels se prêtent le 100% digital ne sont pas des points de présence forte de l’Afpa. Toutefois il faut se développer sur le numérique  » – « Il faut donc faire des choix, parfois durs, et rationnaliser territorialement pour être mieux positionnés » – « la différenciation entre sous activité (3 stagiaires sur 12 mois) et sous production (6 mois d’activité sur 12) est en train d’être définie » – « Un plan d’entreprise va être déployé » – « les orientations stratégiques sont celles de la gouvernance d’un EPIC, et sont donc validées par le Conseil d’Administration. Le COP et le plan d’entreprise interviendront par la suite »

Rentabilité :  » L’EBE des acteurs de la formation professionnelle est faible, particulièrement chez les OF de grande taille. L’environnement du marché est tendu. » – « L’Afpa est l’acteur public réalisant le CA/heure le plus élevé (10 €/ heure) mais reste loin derrière la moyenne des acteurs privés (15€/heure) » – « L’enseignement du diagnostic place l’Afpa dans une position atypique, et par similitude se rapproche de l’Education Nationale » – « le marché public sur lequel l’Afpa est positionné n’est pas très rémunérateur. » – « Ligne financeur Afpa Entreprise : hausse de 7 millions du CA, ce qui représente une bonne dynamique. »

Bilans/ résultats : « L’EPIC a reçu en pleine propriété un certain nombre de sites de l’Etat. D’où la suppression de certaines immobilisations et la mise en place de nouvelles immobilisations (410 millions d’euros) – « les engagements au titre des départs en retraite de 103 millions d’euros viennent diminuer l’actif net de l’EPIC » « – « les capitaux propres s’établissent à 80 millions d’euros au 1er janvier 2017 » — « Résultat opérationnel : -92 millions d’euros. Il s’agit du principal indicateur de rentabilité »- » Le résultat net de 2017 est fortement impacté par l’obligation imposée par les commissaires aux comptes de comptabiliser les redevances domaniales (charges exceptionnelles = -173 M€), ce qui entraîne un affichage plus défavorable du résultat net (-221 M€). » –

le CR ici : EN DIRECT

la Déclaration sur les Orientations : DECLARATION

« En direct » du CCE extraordinaire du 5 avril 2018

Un CCE où le bilan de la situation de l’AFPA a été fait par un cabinet et les orientations stratégiques ont été présentées autour de 5 axes.
 1. Adapter notre outil de production aux besoins de compétences de l’instant et de demain au service des politiques publiques et des branches professionnelles
2. Passer de l’offre catalogue à la solution adaptée aux différentes réalités du territoire, de l’entreprise et de la personne dans le cadre de nouveaux partenariats publics/privés
3. Ouvrir nos centres pour créer des plateformes où s’inventent de nouvelles solutions inclusives pour l’emploi, pour passer d’une logique de subvention à une logique d’investissement social dans des solutions co-construites
4. Renouveler notre contrat social pour redonner du sens individuel et collectif à nos missions
5. Viser la performance organisationnelle et optimiser nos fonctions supports du siège et des régions.
 
Pas d’annonce choc, pas de chiffres, un constat lucide néanmoins sur nos forces et faiblesses, un projet qui ouvre des perspectives et qu’il est temps de concrétiser.
 
Verbatim : « La remise en cause des accords de 96 : il n’est pas question de remettre en cause en bloc les accords, mais peut-être de procéder à quelques aménagements, suivant la nécessité. » -« Il faut rationnaliser également notre parc immobilier soit accueillir des partenaires, soit céder une partie de nos centres en concession. » -« Il faut recréer une ligne métier Accompagnement » – «  Comment se servir du PIC pour évoluer, en préparant aussi l’après PIC ? »-  RH «  il nous faut une flexibilité interne, pour gagner en polyvalence, gérer et accompagner les mobilités géographiques »-« Un de nos objectifs à mettre en œuvre : s’adresser à une région comme nous nous adressons à une entreprise »- –Hébergement : «  il faut donc étudier des partenariats » –Restauration : étudier les possibilités de restauration externes » -« Nous devons avoir des partenariats programmés et pérennes pour l’inclusion sociale »-« Avoir un contact beaucoup plus régulier avec les entreprises notamment, au sein de nos centres » – si le COP est orienté sur 5 ans, les perspectives de construction de notre redressement sont favorables. » « La réforme de la FP : conseil des ministres le 18 avril. Nous verrons ce que cela peut nous apporter » – -« nous devons accompagner le public sur la mise en œuvre de leur CPF »-« Les PSR ne sont pas arbitrés. Ce travail réalisé doit être mis en relais des orientations stratégiques » 
 

« En direct du CCE du 28 mars 2018 »

Vous trouverez ci-dessous le déroulé du Comité Central d’Entreprise extraordinaire du 28 mars 2018, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Générale.
Bonne lecture. 
Verbatim : « La situation de trésorerie de 2017 a été difficile. Il en sera de même sur 2018 » – « Les banques ont accepté de prolonger leurs concours sur 2018. » – « Il n’y a pas d’inquiétude sur le paiement des salaires en ce début d’année » – « Nous travaillons sur des réponses apaisées avec l’Etat » -«  La valeur des sites transférés par l’Etat a été évaluée à 410M€ » – « Un résultat net en baisse de 12% vs 2016 » -« Nous présentons un CA en baisse vers 680M€, avec une diminution importante (-55M€) sur les Conseils Régionaux » – « Nous prévoyons -396 ETP à fin 2018 »
«  La dématérialisation des bulletins de salaires sera opérationnelle dès avril » -« Rien ne sera définitif, les salariés pourront revenir à l‘ancien bulletin papier » -«  La campagne des entretiens annuels va démarrer » -«  Il n’y aura plus de double rattachement hiérarchique. Un salarié Accès à l’Emploi aura son entretien avec la ligne hiérarchique de la région EPIC » -«  Par exemple, l’assistante commerciale sera rattachée hiérarchiquement au DC par exemple » -«  Elections : l’accord sur la définition des établissements distincts (13 Régions, Siège) est à la signature mais n’a pas été signé par les Organisations Syndicales  représentatives » « La moitié du budget des ASC + Fonctionnement des CRE va être versée aux Directions Régionales ces jours »  « Le process de suppression du service commercial Grands Comptes Siège est suspendu . »
 Prochain CCE extraordinaire le 5 avril qui fera suite au CA sur les orientations stratégiques qui se tiendra le 3  avril 2018

« En direct du CCE extraordinaire du 6 mars 2018 »

Un CCE  d’apparence anodine mais qui n’en fut pas un : le rapport de l’IGAS-IGF qui préconise des réformes de grande ampleur, des allusions faites sur l’accord de 96, des projets d’amorçage  de convention Etat/région, la suppression de la ligne Grands Comptes nationaux, un bilan social qui pointe un âge moyen qui s envole,  etc….

Un CCE court, efficace mais pas si anodin que cela.

Bonne lecture CCE 6 3 18

« En direct du CCE extraordinaire du 19 décembre »

Verbatim :  » Les filiales sont adhérentes au groupement de moyens et les mises à dispositions habituelles des ressources se font de l’Epic vers les filiales, pas le contraire. »

 » Filiale Accès à l’emploi : le budget intègre une prévision de perte de 2,8 M €. Perspectives à Moyen Terme : ce serait que les résultats se redressent. Le capital social de 15 M € mis en place permettra d’absorber la perte de la 1° année. Il n’y a pas de conséquences sociales en soi de cette perte de 2,8 millions d’années. Il pourrait y avoir des difficultés si les pertes perdurent sur plusieurs années

Besoins de trésorerie sur l’Epic en 2018 : Comment cela va se passer en 2018 pour couvrir le besoin de trésorerie ? Par la nécessité d’efforts de l’Afpa pour trouver les solutions, et par le soutien de l’Etat. » – « Taux d’intérêts servis aux filiales dans les conventions de comptes courants financiers : Ce qui est prévu, c’est que l’Epic rémunère les prêts des filiales à l’Epic à hauteur de 2 % par rapport au coût de l’argent à court terme.

 » Il y a une convention de gestion centralisée de trésorerie. L’apport en trésorerie initial de l’Epic aux filiales est un apport définitif. L’argent qui est donné appartient définitivement aux filiales » – « Les filiales n’ont pas vocation à avoir une activité de banque »

« La DG  va émettre un mail avec un courrier joint pour informer le personnel concerné sur leur transfert dans les filiales. » – « Parallèlement, les salariés protégés par des mandats recevront également un courrier d’information. » – « Les assistant(e)s commerciales sont transféré(e)s sur la partie filiale Entreprise, ainsi qu’il a été envisagé dès le début » – » Les salariés non transférables dans les filiales (du fait de mandats électifs ou désignatifs) garderont leurs mandats jusqu’à l’avis de l’Inspection du Travail.  » 

« En attendant d’avoir mis en place un dispositif qui permette de mesurer la consommation des moyens de production (temps formateur, temps d’utilisation des plateaux techniques), c’est l’information sur les HTS qui est utilisée pour estimer le temps formateur comme base de facturation. »  – « Sur la sollicitation des moyens pour parvenir à une augmentation de la productivité de travail : c’est l’un des chantiers qui doit être pris en compte dans le cadre des orientations stratégiques » – « Les premiers mois de 2018, et c’est intégré, il y aura une dégradation du BFR » – « Si le Contrat d’Objectifs et de Performance remettait en cause les perspectives pour 2018, il y aurait un budget révisé qui serait présenté au Conseil d’Administration.

« En direct du CCE des 13 et 14 décembre 2017 »

Vous trouverez ci-dessous le déroulé du Comité Central d’Entreprise des 13 et 14 décembre 2017, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Générale.

Vous trouverez  également les déclarations de la CFE CGC dont une sur les élections professionnelles Déclaration CFE CGC pour une demande d election professionnelles CCE 13 11 2017  

et une sur la situation économique : Déclaration économique CFE CGC CCE 13 et 14 décembre 2017 VD

Un CCE dense marqué par de très nombreuses interruptions de séance

 VERBATIM :  « Le budget 2018 est sans visibilité en raison de la réforme de la Formation Professionnelle et du  Plan d’Investissement Compétences »-« Le chiffre d’affaire 2018 est en baisse de 6% par rapport à 2017 (683M€ vs 727M€) »-« Le programme  Migrants et Réfugiés (HOPE) se verrait en hausse de 158% par rapport à 2017 »-« Sur les Conseils Régionaux nous prévoyons une baisse de 66M€ par rapport à 2017 »-« Sur Pôle Emploi nous prévoyons un CA en hausse pour atteindre à + 67,5M€. »-« Marché Entreprises :nous avons fait le choix de sécuriser le CA que nous avons aujourd’hui sans avoir d’ambition démesurée. La responsabilité des 2 filiales est confiée à Rémi BORDET »

« Nous constatons qu’il y a eu beaucoup plus de départ que prévu en 2017 (436 départs de CDI et  455 départs de CDD). »-« Les charges de personnel seraient en baisse de 7,9% par rapport à 2017. »-« Sur les retraites, nous avons réalisés à fin novembre 2017, 263 départs en retraite »-« Résultat net prévu en 2018  de – 135M€ avec un besoin de trésorerie non financé de 116 M€ »-« Le plan 500 000 n’a pas permis d’améliorer les équilibres économiques »-« Les fonds propres de l’Afpa se réduisent. »-« La transformation en EPIC a même des impacts induits compte tenu des charges d’impôts nouvelles »-« Début 2017 nous avons encore 220M€ de capitaux propres et ils resteront encore positifs en fin d’année. »

 «  l’Etat est garant de votre continuité mais sous contrôle accru et ceci ne se fera plus sans contrepartie. Cette contrepartie semble un plan de redressement  structurel à moyen ou à long terme. »-« L’accord intergénérationnel est maintenu jusqu’au 31 mars »-« Nous devons prendre une décision pour la reconnaissance de l’Unité Economique et Sociale »-« La comptabilisation des indemnités de départ en retraite n’était pas provisionnée pour l’instant (chose autorisée) mais maintenant le comité d’audit devra faire le choix de les apparaitre ou pas »-« Sur le plan social il n’y a pas de différence entre les salariés de l’Epic et des filiales. S’il y a une UES il y aura un Comité Central d’UES. »

  Les psychologues du travail, groupe fermé,  doivent être intégrés dans une activité de chargé de recrutement, rien ne change. »-« Egletons : 12 à 13 formateurs, 3 managers sont concernés. Certains de ces agents ont des compétences transverses qui peuvent être utilisées sur d’autres postes de travail (mobilité professionnelle). « -« Dématérialisation du bulletin de salaire : un « coffre-fort personnel » sera à disposition de chaque salarié, afpa.mypeopledoc. Le salarié peut refuser cette nouveauté »

 

 Bonne lecture CR CFE CGC AFPA EN DIRECT DU CCE des 13 et 14 décembre 2017 (1)

« En direct du CCE du 24 novembre 2017 »

Verbatim : « Nos encaissements sont plus favorables en octobre » – « Nos Ministères de tutelle, aussi bien celui des finances que celui du travail, ont indiqué qu’ils interviendraient en fin d’année pour nous soutenir »-« Nous aurons peut-être plus de cash et moins de créances dans l’apport aux filiales »-« Nous devons réfléchir à une stratégie qui pérennise l’Afpa sur du long terme »-« La finalisation du projet devrait se faire le 6 mars avec présentation au CA qui viendra dans la foulée » – « le Contrat Objectif Performance (COP) est évolutif, il pourra, après être défini, se voir modifié »-« Notre outil de production doit s’adapter à la transformation numérique et au changement sociétal »-« On doit donc aussi vendre de l’accompagnement »-« Le projet national et les régionaux sont en appui du projet de centre »-« Nous travaillons aussi sur la dématérialisation des fiches de présence»-« Nous proposons à certains financeurs le paiement d’un « forfait parcours » en lieu et place de l’heure travaillée »-« Avec Pôle Emploi nous travaillons sur l’accompagnement des publics les plus éloignés de l’emploi »-« Un énorme projet GPEC est à construire »-« Le Management doit être responsabilisé sur les projets de centre avec plus de latitudes aux Directeurs de centre »-« L’idée est de prendre en mains ces DE le plus vite dès leur inscription. Ce projet pourrait s’intégrer dans le PIC en partenariat avec les Régions »-« Je suis désolée que des élus du CR AURA aient eu un refus de la part du DR pour visiter le centre AFPA lyonnais »

« En direct du CCE du 27 septembre 2017 »

Cher(e)s collègues,

Vous trouverez ci-joint le déroulé du Comité Central d’Entreprise du 27 septembre 2017, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Générale.

 

VERBATIM :  « Notre vision vise le retour à l’équilibre économique et l’autonomie d’ici 2020 » – « Notre manière de manager doit évoluer »-« Une nouvelle approche contractuelle avec les financeurs sera proposée sur un financement à la demie journée » Nous devons construire un nouveau MODELE : Modèle Economique avec des centres structurellement et durablement bénéficiaires.Modèle administratif en simplifiant et fluidifiant nos échanges administratifs »-« Sur la trésorerie, des échanges ont lieu avec l’Etat. Il faut trouver le « véhicule financier »-« Sur le passif domanial (27M€) du à l’Etat (frais sur les centres, La Noue …): l’EPIC doit-il continuer le contentieux contre l’Etat sur ce passif ou doit il se désister »-« Sur le personnel, notre atterrissage est de 900 CDD en fin d’année »-« Il n’y a pas de chiffrage donné aux DR sur le plan d’économies à réaliser »-« Sur les encaissements : 40M€ de factures sont à rentrer au 25 septembre (22M€ des institutionnels et 18 sur les clients privés). Nous travaillons avec l’Etat pour qu’il n’y ait pas d’impasse de trésorerie en fin d’année (-72M€). L’Etat a une certaine capacité à accélérer ses versements et à les anticiper. La moitié de nos pertes se situe sur l’hébergement/restauration

Projet d’accord pour une nouvelle mutuelle santé « Nous resterons sur une participation à 50% de la part employeur. »-«La cotisation sera inférieure à celle d’Humanis avec des tarifs garantis sur 3 ans »-« Il reviendra au salarié qui ne souhaite pas adhérer de nous le faire savoir. »-« Nous  constatons sur le nouveau contrat une amélioration des prestations. »

Dire qu’il ne s’est rien passé serait mesquin, dire qu’on continue est objectif.

La suite ici :CR CFE CGC EN DIRECT DU CCE du 27 septembre 2017

La Déclaration des Elus du CCE : Déclaration CCE 27 09 17

 

« En direct du CCE du 19 septembre 2017 »

Vous trouverez ci-dessous le déroulé du Comité Central d’Entreprise du 19 septembre 2017, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Générale.

Verbatim « L’EPIC nous protège en terme de garantie illimitée et rassure les banques » – « Les discussions portent sur le projet de l’AFPA à l’horizon 2020. » – « Un conseil régional nous a fait une avance de 6 M€, chose qu’on nous disait juridiquement  impossible » –  « Au 12 septembre, par exemple, on  a 51 M € de factures non payées. » – « Ajournement du séminaire de l’encadrement de fin d’année » – « Hors de question de limiter le déplacement productif des formateurs. » – « Nous souhaitons que l’AFPA soit un acteur majeur de l’e-inclusion » – « On peut s’attendre à ce que des contreparties soient demandées par l’Etat pour son soutien » – « Il faut que Pôle Emploi revienne dans les centres AFPA, que le CEP soit présent. » – « On travaille avec Pôle Emploi pour que les 2 opérateurs publics soient plus fluides dans la gestion des bénéficiaires » – « La comptabilité analytique sera étudiée lors du CA extraordinaire du 13 octobre » – « Le 26 septembre ne sera pas le « grand soir » – « L’immobilier : Nous sommes très sollicités par le secteur public ou privé à ce sujet » – « Il n’y aura pas d’économie sur le budget des CE » – « Nous avons des sites structurellement déficitaires » – « La sous activité représente encore 40 M € à l’AFPA » – « Un directeur de centre, son objectif prioritaire est le remplissage de ses formations » – « Il n’y pas de suppression massive d’emploi sous forme de plan » – « Ma conviction personnelle est qu’on trouvera une solution au problème de la trésorerie qui embarquera l’autorité politique pour surmonter des difficultés juridiques. »

CR CFE CGC EN DIRECT DU CCE du 19 septembre 2017

Lire ci dessous la déclaration des élus  concernant la suspension du CCE:

Declaration CCE 190917 (1)

« En direct des CCE (écourtés) des 12 et 13 septembre 2017 »

Devant l’absence de réponses de la Direction à de nombreuses questions des élus, de la Commission économique et du cabinet d’expertises dans le cadre du Droit d’Alerte,  les élus ont suspendu la séance. La reprise de ce CCE se fera prochainement.

Le message des élus aux salariés : CCE communiqué aux salariés 13 09 17

Vous trouverez ci dessous les « Direct » du 12 et du 13 ramenés à portion congrue. Bonne lecture

CR CFE CGC AFPA EN DIRECT DU CCE du 12 Septembre 2017

CR CFE CGC EN DIRECT DU CCE du 13 septembre 2017

 

SNPEA © 2016