Catégorie : Régions

CRE Bretagne Avril 2018

Chers collègues,

Vous trouverez ci-dessous la présentation du plan stratégique par le Directeur Régional lors du CRE d’avril à Rennes, sans aucun commentaire

Verbatim :

« Les orientations nationales ont été présentées le 4 avril  (aucune déclinaison régionale pour l’instant). Pourquoi maintenant et pas avant ? La mobilisation de la gouvernance a duré de janvier à décembre 2017, c’est révélateur de la teneur de l’ambiance au sein de la gouvernance. Dans n’importe quelle autre entreprise, les comités issus du conseil d’administration auraient été constitués dans la foulée (nominations, etc.). Nous on met 6 mois pour le faire. Au lieu de profiter de la dynamique de l’EPIC, on a consacré un an à mettre en place ! Heureusement, la directrice de l’Afpa a commencé à élaborer le plan de transformation de l’Afpa en souhaitant une remontée du terrain vers le national et non l’inverse. Par ailleurs, lancement des activités des filiales, gestion lourde sur le plan administratif et comptable.

Le conseil d’administration devra acter fin juin l’ensemble de la transformation de l’Afpa. La consultation du CE et CRE aura probablement lieu avec les instances existantes (c’est ma perception) et non celles issues des prochaines élections. En septembre auront lieu les négociations du nouveau contrat social avec les nouvelles instances (révision de l’accord de 96).

La nouveauté importante voulue par la Directrice Générale, c’est de re-situer l’Afpa dans un éco-système beaucoup plus large que celui de la formation professionnelle. Ne nous situer que dans le champ de la formation professionnelle est très réducteur, nous avons aussi une dimension sociale. dimension de service public avec le PIC (Si on réussit le PIC c’est pour 5 ans). Il y aura des ruptures de chaîne avec la réforme de la formation professionnelle (exemple la disparition du CIF remplacé par le CPF reconversion qui ne fonctionnera pas de la même façon et mettra du temps à s’installer). Mais il y a aussi des opportunités : nous avons une double valeur, Etablissement public et réseau territorial. Les publics très éloignés de l’emploi ne doivent pas bénéficier uniquement de la formation mais aussi d’un accompagnement social. Réfugiés et migrants : on a déjà au moins 6 personnes, accueillies au départ seulement à l’hébergement, ayant obtenu des contrats de travail. Jean-Louis Borloo (rencontré à 3 reprises)  est extrêmement intéressé par l’implantation territoriale de l’Afpa et la proximité avec les quartiers de ville : Il va probablement dire que l’AFPA doit être un partenaire incontournable de l’intégration sociale et professionnelle dans la politique de la ville ; on pourrait être également un lieu d’accueil pour la mise en place du service national universel et dans le cadre de la réforme de la justice, on présente une surface d’accueil des personnes soumises à des travaux d’intérêt général → potentiel de sécurisation de l’Afpa.

(“L’Afpa une chance pour tous, une réussite pour chacun”, nouveau slogan qui sera affiché sur les voitures  Afpa Bretagne et PDLL)

 Le diagnostic réalisé par un organisme externe à l’ Afpa souligne que l’Afpa présente les meilleurs résultats en terme d’insertion durable à partir de parcours longs et qualifiants. L’Afpa va être recentrée sur son ADN : accueil, accompagnement, formation et insertion. L’activité de l’Afpa va être recentrée sur les publics les plus fragiles. On ne doit pas être une enclave, mais au contraire ouvert sur la cité.

Complément de notre ADN : ingénierie de certification et l’innovation pédagogique.

 C’est la première fois depuis que je suis à l’Afpa que je l’entends s’exprimer sur sa situation financière catastrophique. Sur les 7 dernières années : 700 Millions d’euros de perte cumulée, c’est pratiquement une année de chiffre d’affaires. Changement de modèle de production.

Quelles sont nos cibles :

–         la démarche individuelle de formation (financiarisation du CPF)

Je pense qu’Il faut revoir le temps de face à face du formateur (26 heures ?), l’impliquer dans l’ingénierie et le recrutement des stagiaires. Je pense que 37 heures est un mauvais schémas.

–         les entreprises

–         les conseils régionaux (la loi de 2014 s’applique toujours)

–         l’état

Le diagnostic est clairement posé :

–         on a une expertise,

–         prix trop élevé (surtout à cause de nos charges de structures, sans lesquelles nous serions compétitifs)

–         on prétend répondre à la demande du client alors qu’on plaque nos formations en catalogue

nous serons organisés pour faire du volume (effet de masse), industrialisation pour ne pas tomber dans le piège de faire de “l’artisanat d’art”, industrialisation qui n’est pas antinomique avec la qualité

 Les 5 axes stratégiques :

–         l’adaptation de l’outil de production

–         la solution adaptée

–         l’ouverture des centres

–         le contrat social

–         la performance économique

 

La rationalisation : on va abandonner des formations (on n’en a pas encore la cartographie), exemple 7 plateaux de maçonnerie en Bretagne pour 4 formateurs. Approche régionale et non nationale (PSR). Fermetures des sites inadaptés mais possibilités d’ouvertures car notre force est le maillage territorial. Fermer un site ne veut pas forcément dire fermer des formations qui pourraient être dispensées à un autre endroit plus adapté et proche de la ville. Vous avez raison d’être tentés de croire et vous avez raison d’attendre le COP. On est à l’aube de sujets difficiles mais pas d’une catastrophe annoncée.

 Rationaliser le parc immobilier. Peut-être faire gérer certains de nos hébergements par d’autres ?

 Afpa des campagnes et des villes ( concepts) ? s’ouvrir à notre environnement proche. Par exemple, au lieu de fermer une formation mécanique auto, pourquoi ne pas ouvrir un garage solidaire avec une association locale ?

Exigence qualité COFRAC (seul organisme certification par la loi), pour tous les organismes. Cet organisme certificateur est très exigent.

 Produire avec d’autres : partenariats au-delà des partenaires habituels  de formation.

 Ouvrir les centres : Afpa Village, exemple accueil du CNAM à l’Afpa de Lorient, pourquoi pas mettre en place des “showrooms”, accueil de fondations, de start-up, etc.

 Renouveler le contrat social

Réorganisation interne : comment retrouver l’’équilibre économique ? Un étage de la Cityscope c’est 500 000 € par étage. Organigrammes simplifiés (plus de lignes métiers).

 Transformation numérique : feuilles de présence numérisées (expérimentation à Saint-Herblain)

Systèmes informatiques : “je m’en méfie”

Renforcer le pilotage économique : le contrôle de gestion doit prendre sa place, toute sa place.

Compte -rendu du CRE Rhône Alpes avril 2018

INFORMATIONS de la Présidente (Katerine SPADACENTA DR)

La présidente donne des nouvelles de Pierre Yves LECLERCQ : il garde le moral et s’intéresse toujours à notre semaine sociale.

Marie GUICQUERO malgré son absence continue à porter un grand intérêt à l’actualité AFPA et Sandrine Mercier va la remplacer et son activité va être reprise par Olivier Bioulac pendant  cette absence.

La Présidente fait un rappel à la mémoire de Jean Luc et lui rend un dernier hommage.

Projets à construire : Action sur 3 ans sur les rapprochements familiaux auprès des réfugiés.

Christophe Schuller directeur Drome Ardèche sera muté à Toulouse. Dans les prochaines semaines.

La présidente s’attèle au DCF

Nous sommes retenus sur l’apprentissage remontées mécaniques.

 Point sur l’orientation stratégique de l’entreprise suite à l’information du CCE du 05/04/18 :

Le cabinet piloté par l’état a travaillé sur le diagnostic et les équipes internes ont donné leurs conclusions cela permet de s’accorder sur les axes stratégiques.

Le contexte législatif, politique et économique est très dynamique. Les différents rapports ont intégré des préconisations de l’AFPA EPIC.

Le recentrage sur les activités de l’AFPA repose sur l’inclusion professionnelle et de promotion sociale d’un certain nombre de publics. « Une chance pour tous » et « la réussite pour chacun » sont des fondamentaux.

1)     La formation et l’accompagnement des actifs en transition ou en fragilité vis-à-vis de l’emploi. La cible n’étant plus uniquement le titre mais aussi d’autres étapes formatives.

2)     Accompagner les publics vulnérables, mesurer l’impact social, créer des hyper-lieux publics animés en réseau avec un accès d’égalité de traitement et de gratuité à la culture, citoyenneté, emploi, formation….

3)      L’AFPA est aussi sollicitée pour poursuivre la mission d’ingénierie, la conception du travail et des certifications.

4)     L’AFPA a pour mission de promouvoir l’innovation pédagogique et l’incubation spécifique au périmètre des métiers d’avenir.

L’AFPA doit transformer son outil de production pour différencier son offre et adapter aussi aux nouvelles technologies.

L’engagement de l’état d’ici à 2022 n’est pas encore sorti.

L’encadrement du budget dans le COP sera donné en juin 2018.

Les orientations régionales ne sont pas encore complètement déclinées. La cible est la pérennité économique, La direction est en attente du COP. La présidente ne peut pas actuellement nous présenter des axes stratégiques régionaux. La région AURA n’a pas encore livré son PSR : le travail a débuté mais cette région présente de grandes disparités selon les départements. La DG va revenir vers les régions pour savoir comment contribuer aux axes nationaux. La présidente partage le fait qu’il faut co-construire.

ADOPTION DU PV n°321 du 20 mars 2018

PV 321 : 4 voix pour

PV 321 Spécifique Adoption des Comptes : 3 voix pour et 1 contre

EVOLUTION DU DISPOSITIF (Katerine SPADACENTA DR)

Point d’avancement sur la cartographie :

Fait partie du PSR et ne pourra être abordé. Sera traité plus tard.

POINT SUR LE SERVICE COMMERCIAL (Claude LE TOUX DRDC)

Organigramme fonctionnel avec les agents en mission et leur affectation géographique :

3 chargés de clientèle dont 1 CDD, 6 responsables d’affaires, 1 manageur, 1 assistante commerciale en CDD.

Des territoires non couverts, une équipe réduite.

Plan d’actions mis en place

Deux cibles : les entreprises et les OPCA. Auprès des OPCA le lien s’est renoués, les entreprises sont à ciblées.

 Dans la région AURA l’entreprise investit chaque année 580 M€ dans son plan de formation. L’entreprise dépense en direct ou par l’intermédiaire de son OPCA. Les entreprises de +500 salariés (1,5%) pèsent pour 57% des dépenses. 1 salarié sur 2 suit chaque année une formation d’une durée moyenne de 27 heures. Périodes et contrats de professionnalisation, plan de formation reçoivent les conventions. Budget 2018 = 2,8M€ ; Réalisé à date = 1,4 M€ ; Potentiel marché = 580 M€

Les enjeux :

1.Progresser auprès des entreprises par le nombre de salariés formés

2 Fidéliser notre portefeuille d’entreprises afin de pérenniser notre activité formation

3 Associer notre réseau d’entreprises à nos projets d’inclusion sociale (HOPE, CR).

Les recrutements prévus : le PSR n’étant pas stabilisé, il n’y a pas de prévisions définitives

Moyens donnés aux salariés pour effectuer leurs missions et atteindre les objectifs :

Un Travail sur les compétences : Le travail engagé par chaque RA et CC sur la gestion de son portefeuille Clients / Prospects, mettra en exergue la capacité à développer du CA auprès des clients existants et conquérir de nouveaux clients.

Des Rituels managériaux et partage de l’information : Une réunion mensuelle rassemble l’équipe commerciale.

La Qualité de vie au travail : Une attention toute particulière est accordée à chacun au quotidien afin de rompre l’isolement dans laquelle s’effectue le travail commercial Un travail sur les compétences :

Lien entre le service commercial et les directeurs de centre :

Les Directeurs et Directrices de centre associent à leurs rituels managériaux les RA et CC. En particulier le Comité local d’exploitation qui permet d’évoquer les demandes clients chaque semaine et échanger les informations et demandes d’informations que les ventes et mises en production requièrent.

Dans la perspective de l’optimisation de nos process qualité, une demande de GO / NO GO  est formalisée par les RA et CC avant  tout établissement de proposition commerciale. Cette demande formalise les échanges entre RA / CC et DC et MF.

Il va être proposé aux Directeurs et Directrices de chaque centre de réunir équipes de centre et de développement au cours du deuxième trimestre 2018 afin de faire un point sur :

les ventes réalisées, Les affaires en cours, Les plans d’action en cours et ceux à élaborer, L’atterrissage 2018.

 

CA au 31 mars 2018 (détails des offres signées, offres traitées, secteur métier des clients) :

8 201 458€ d’engagé sur 8 876 443€, L’ambition doit être plus forte.

Plateforme multiservices : non stabilisée

POINT ECONOMIQUE  (Olivier BIOULAC DAF)

Compte rendu de la commission économique du 12 mars 2018 : En attente de nouveaux éléments.

Situation économique 2017 définitive (y compris Mission Nationale Service Publique) : la situation économique définitive sera transmise après approbation des comptes 2017 par le conseil d’administration fin avril 2018. Concernant le résultat provisoire 2017 :

EBE RA – 4,9 Millions €

Points positifs : CA ligne AO dépassé et SIEG aussi PE dépassement de 1 Million

La région réalise 20% du CA de PE national.

CIF

En 2018 : ¼ des stagiaires sont en CIF

 

Pour 2018 tableau avec effectifs moyens CDD et CDI en AURA: 502, 60 ETP CDI, 78,80 CDD soit un total de 581,40 ETP.

POINT RH  (Claire GUISLIN DRH)

Suivi de l’emploi au 31 mars 2018 :

Effectif CDI et CDD Globalement baisse des effectifs

Les effectifs CDD augmentent sensiblement sur les trois premiers mois de l’année

69% accroissement

31% remplacement

Baisse de l’effectif intérimaire (missions courtes donc souplesse)

Dès lors qu’il y a une période plus longue la DRH opte pour les CDD

Point sur les revues RH et les entretiens individuels dans les centres.

Un certain nombre de demande d’évolution a été remonté au service DRH Nationale en attente de décision.

Nous allons refaire de la pédagogie au niveau des établissements pour être dans un dispositif cadré notamment par rapport aux DFA,  Des régularisations concernant des passages Formateur Expert ou Formateur Conseil sont en cours en terme d’évolutions et de promotions.

Sur les entretiens annuels le taux de 51% est franchi.

 Tableau des missions mis à jour et complété avec les postes des agents pour 2017  et les centres de rattachement :

Pour l’instant une compilation a été faite, nous allons avancer au fur et à mesure

32 collaborateurs sont concernés

Nombre de ruptures Conventionnelles 2018 :

Requiert l’acceptation des deux parties et chacune a la possibilité de pouvoir se rétractée

6 acceptées à date aujourd’hui

3 demandes sont en cours d’instruction

1 refus. (gestion autre)

POINTS SUR LES MARCHES  (Isabelle ROCHE DIFR)

Appels d’offres CR et PE :

Consultation sur la vague 1 terminée. La vague 2 est en attente.

 

Point sur le PIC / le Pré PIC  /Garanties compétences ::

Pas d’information stabilisée.

 

Point sur HOPE :

A ce jour, il y a 3 groupes « Employé de Commerce en Magasin » en Contrat de Professionnalisation dont 2 à Vénissieux et 1 à Grenoble. Un deuxième groupe « Employé de Commerce en Magasin » à Grenoble est prévu sur le mois de juin 2018. Un groupe Maroquinerie, à Romans, ainsi que 3 – 4 groupes IRCC et métiers environnants, à St Etienne, sont prévus avec OPCALIA mais sans date précise pour l’instant.

AFPA VILLAGE :

Cela va se faire par paliers

SPOC et FOAD :

Dans le cadre d’un appel d’offre du Fonds de sécurisation des parcours sur l’expérimentation de formation à distance destiné aux OPCA, l’AFPA a proposé la mise en œuvre de POE digitales à Constructys et AGEFOS PME.

Le format des POE est basé sur 25% du temps de formation en présentiel et 75% à distance. L’offre de formation s’appuie sur les CCP de certains titres.

L’organisation du dispositif est le suivant : – Une semaine d’accueil et 3 jours de validation en fin de parcours en présentiel (en moyenne) – Un encadrement de deux formateurs, l’un sur le métier, l’autre sur l’accompagnement du parcours à distance – La mise en place d’un SPOC spécifique à ce dispositif hébergé sur la plateforme Métis et qui développe les principes du Social Learning. – Un pilotage national du calendrier de démarrage et des ressources humaines.

Les formateurs intervenant sur ces actions sont formés pendant 10 jours environ avec 2 jours en présentiel et le reste à distance sur l’utilisation de l’outil et l’organisation pédagogique.

En Rhones Alpes, 3 actions ont démarré : – Technicien d’étude Bâtiment option Dessin de projet, le 26 mars, à Saint Priest – Développeur Logiciel, le 3 avril, à Saint Etienne – ADVF, le 9 avril, à Bourg

Prochaines entrées : – Vendeur à Bourg et Valence le 16 avril – Commercial à Vénissieux le 23 avril –

Secrétaire Assistant(e) à Annecy (date à confirmer) – Assistant(e) de Direction à Grenoble (date à confirmer).

POINT SUR LA CERTIFICATION  (Isabelle ROCHE DIFR)

Les recours des stagiaires

Les centres sont en première ligne, très peu d’information remonte au régional. On ne peut pas vous faire de retour là dessus.

Process de paiement des jurys d’examens et valorisation au titre du service public

« La DIRECCTE nous demande de ne pas payer les jurys (lien de subordination entre le centre agréé et le jury, et concurrence entre centres agréés) mais de les indemniser (frais de mission).

Au-delà, ce point n’est pas réglementaire et l’AFPA, comme d’autres organismes, rémunère certains professionnels pour pouvoir organiser ses examens.

Il y a plusieurs modalités en fonction de la situation des jurys : – Rémunération à la vacation (document AFPA) – Remboursement à l’employeur du salaire brut chargé et des frais de mission (fiche AFPA) – Facturation par des jurys de leurs intervention (en fonction des domaines professionnels) – Intérim (de façon exceptionnelle) A noter la dernière évolution de la loi El Khomri qui instaure le congé jury (cf. articles L3142-42 à L3142-45 du Code du travail).

Deux prestations sont financées sur le budget MNSP : – IHJ : appui/conseil à l’habilitation des professionnels pour être jurys et estimé à 150 € par personne, – PDJ : professionnalisation des jurys et estimée à 600 € par prestation ».

Liste des plateaux de certifications habilités et process de certification :

Le document « Suivi des agréments » est disponible sur l’@Space Qualité AURA, onglet certification et VAE.

Avoir une politique d’agrément des plateaux uniforme, c’est la demande qui a été faite.

Autres certifications en dehors du ministère du travail

des CQP de branche (industrie, sécurité..),  Pour les CAP ou DE AES, nous préparons les stagiaires à la certification qui est organisée par le ministère de tutelle en l’occurrence Education Nationale et DRJSCS.

Un nouveau site est à disposition des jurys : www.jurytitreprofessionnel.fr

 INFORMATION SUR LA MISE A JOUR DE LA CHARTE D’UTILISATION DE LA VIDEO SURVEILLANCE

 Question reportée.

La Délégation CFE-CGC
Marina Androuet (Elue)
Alex Souillet (Elu)
Erick Acolatse (Représentant Syndical)

http://www.cfecgcafpa.org/
https://www.facebook.com/snpeacfecgcafpa

Compte -rendu du CRE Nord Pas de Calais avril 2018

Verbatim : « Les orientations stratégiques ont été arrêtées et votées au conseil d’administration. Cette date du 5 avril a été une date très importante pour l’avenir de l’AFPA » . « la création une AFPA plus inclusive socialement. Afpa Village doit être un lieu de capitalisation des initiatives d’action publique ». « On doit se questionner sur le devenir des dispositifs qui ne sont plus achetés par les régions. » « Quand on entend des plans de licenciements et de fermeture de centre, nous ne sommes pas du tout dans ces options là et particulièrement dans la région. Je suis très ferme sur le sujet « .  « Par rapport à tout  ce qui a pu être dit ou écrit, il n’y a eu aucune décision de PSE ou de PDV. ».  
« 
le Plan Investissement Compétences – PIC -« doit permettre »  de  mobiliser une partie du personnel sans activité vers le métier d’’accompagnement sur lequel l’Etat à travers le PIC compte investir. » . « On travaille sur une hypothèse de 3000 prestations au second semestre à ce sujet. Et de 30 000 au niveau national. » 
 » Par contre il faut convenir que nos locaux sont à repenser et que parfois il vaut mieux recompacter nos centres pour faciliter leur exploitation,  concentrer les charges fixe »
.
« 
Les salariés protégés sont toujours affectés à l’EPIC. Mais ils ont toujours un contrat de travail, une mission, un périmètre qui restent inchangés. ». »si on  n’a pas de commande publique, y a-t-il un intérêt de programmer une action dans laquelle il n’y aura que 3 ou 4 CIF par exemple ? ».
« Il faut développer une capacité à s’interroger  sur notre manière de développer et anticiper l’arrivée du CPF monétisé qui entrainera bcp de demandes individuelles ». 

« Le travail de note d’opportunité va demander d’inclure les commerciaux dans un travail collaboratif car tous les marchés sont imbriqués. 
Autres sujet, les élections : Soudainement, la semaine dernière, 4 OS nationales ont réclamé  la présence du Président de l’AFPA aux réunions de négociations électorales comme point incontournable à la tenue de ces réunions. Pour avoir participé à une 30aine de réunions depuis 2 ans qui  n’aboutissent à peu, nous nous étonnons que
1 – Cette demande n’arrive que maintenant.
 Que certains considèrent qu’un président de l’AFPA ( M VERDIER, pour ceux qui l’auraient oublié), dans un groupe de + de 7000 ETP qui perd 150M€ par an ( 723M€ sur 5 ans dans le rapport de l’IGAS) n’ait pas d’autres chose à faire que d’assurer un calendrier électoral sans cesse repoussé par ces OS elles-mêmes.  
3 – Que la perte de 250 ETP syndicaux ( dues à la fusion des régions, loi travail) n’est pas étrangère à ces demandes
 
Souvent des salariés nous disent ceci «  on n’a jamais vu autant de RH et de syndicalistes qu’à l’AFPA s’occuper des autres, alors que les gens souffrent. C’est bien la preuve que cela ne marche pas ! ». C’est bien aussi le signe que l’organisation, le système  sont à revoir ou à changer.
Si nos 2 ex présidents de la République avaient agi ainsi en repoussant les échéances, on peut parier qu’ils seraient toujours présidents.
 Vive la démocratie
 
 
Votre Equipe Régionale : 
André THOMAS  DSR – Carole LOGEZ DSE Dunkerque Hazebrouck – Véronique BECQUE DSEDR
 Xavier LHERBIER DSE Calais – Pascal VERBEKE DSE Lomme – Christiane PIETRZACK DSE Valenciennes

 

 

 

Compte Rendu du CRE Bretagne février 2018

Chères, chers collègues,   
Ci joint, le déroulé du Comité Régional d’Etablissement sans commentaires ni interprétations,  laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Régionale.

Un CRE « standard » dans l’attente de différentes décisions qui impacteront  indirectement ou directement  notre avenir : les conclusions de la réforme de la formation professionnelle, les premières décisions opérationnelles de mise en œuvre du PIC, et d’éventuelles prises de position en notre faveur comme…ne boudons pas notre plaisir, le rapport d’Aurélien TACHE rendu public la semaine dernière, qui dit que  « l’Afpa pourrait voir son rôle en matière d’accompagnement des primo-arrivants accru.« 

Comme cet exemple l’indique, la CFE CGC est fermement convaincue et ceci depuis longtemps,  que des prises de décision opportunes viendront,  non pas sécuriser le passé, mais nous accompagner vers un renouveau qui ne symbolisera plus l’échec de ces 5 dernières années. Les salariés en ont besoin. C’est en ce sens que nous avons toujours plaidé pour le changement. A un moment où plusieurs centaines de formateurs n’ont plus d’activité au niveau national, que la maison AFPA est en grave danger économique (comme le rapport de l’IGAS le signifie) il nous apparait comme indispensable que l’AFPA bénéficie, non pas d’un choc, mais d’une reprise de soi sur des fondamentaux majeurs basés sur la territorialité et l’expérience de ceux qui ont réussi. En ce sens les PSR, – qui sont tous porteurs d’espoir et de lucidité – ne suffiront pas intrinsèquement sans soutien et action nationale de grande envergure. Cette logique de donnant/donnant devrait apparaitre incessamment sous peu, lors du CA du 26 mars, par exemple, avec in fine une activité soutenable et durable pour les années qui viennent. Pour aider cette dynamique, la CFE CGC n’a jamais agité les braises mais a toujours préféré se positionner en terme d’incubateur d’idées. C’est le sens de notre action syndicale.

Nicole HUBERT

Déléguée Syndicale Conventionnel Régionale Elue titulaire au CRE

 Anthony LE-DUC  Représentant syndical CFE-CGC

cfecgcafpa.org/…8/03/CRE-bret-fev2018.pdf

SNPEA © 2016