Catégorie : Régions

Compte Rendu du CRE Bretagne février 2018

Chères, chers collègues,   
Ci joint, le déroulé du Comité Régional d’Etablissement sans commentaires ni interprétations,  laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Régionale.

Un CRE « standard » dans l’attente de différentes décisions qui impacteront  indirectement ou directement  notre avenir : les conclusions de la réforme de la formation professionnelle, les premières décisions opérationnelles de mise en œuvre du PIC, et d’éventuelles prises de position en notre faveur comme…ne boudons pas notre plaisir, le rapport d’Aurélien TACHE rendu public la semaine dernière, qui dit que  « l’Afpa pourrait voir son rôle en matière d’accompagnement des primo-arrivants accru.« 

Comme cet exemple l’indique, la CFE CGC est fermement convaincue et ceci depuis longtemps,  que des prises de décision opportunes viendront,  non pas sécuriser le passé, mais nous accompagner vers un renouveau qui ne symbolisera plus l’échec de ces 5 dernières années. Les salariés en ont besoin. C’est en ce sens que nous avons toujours plaidé pour le changement. A un moment où plusieurs centaines de formateurs n’ont plus d’activité au niveau national, que la maison AFPA est en grave danger économique (comme le rapport de l’IGAS le signifie) il nous apparait comme indispensable que l’AFPA bénéficie, non pas d’un choc, mais d’une reprise de soi sur des fondamentaux majeurs basés sur la territorialité et l’expérience de ceux qui ont réussi. En ce sens les PSR, – qui sont tous porteurs d’espoir et de lucidité – ne suffiront pas intrinsèquement sans soutien et action nationale de grande envergure. Cette logique de donnant/donnant devrait apparaitre incessamment sous peu, lors du CA du 26 mars, par exemple, avec in fine une activité soutenable et durable pour les années qui viennent. Pour aider cette dynamique, la CFE CGC n’a jamais agité les braises mais a toujours préféré se positionner en terme d’incubateur d’idées. C’est le sens de notre action syndicale.

Nicole HUBERT

Déléguée Syndicale Conventionnel Régionale Elue titulaire au CRE

 Anthony LE-DUC  Représentant syndical CFE-CGC

cfecgcafpa.org/…8/03/CRE-bret-fev2018.pdf

Compte rendu du CRE Nord Pas de Calais 20 février 2018

Chères, chers collègues                                                                                                                                  
Ci dessous, le déroulé factuel du Comité Régional d’Etablissement sans commentaires ni interprétations,  laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Régionale.

Un CRE « standard » dans l’attente de différentes décisions qui impacteront  indirectement ou directement  notre avenir : les conclusions de la réforme de la formation professionnelle, les premières décisions opérationnelles de mise en oeuvre du PIC, et d’éventuelles prises de position en notre faveur comme…ne boudons pas notre plaisir, le rapport d’Aurélien TACHE rendu public hier – qui a visité l’AFPA Haut de France dernièrement –   et qui dit que  « l’Afpa pourrait voir son rôle en matière d’accompagnement des primo-arrivants accru.« 

Comme cet exemple l’indique, la CFE CGC est fermement convaincue et ceci depuis longtemps,  que des prises de décision opportunes viendront,  non pas sécuriser le passé, mais nous accompagner vers un renouveau qui ne symbolisera plus l’échec de ces 5 dernières années. Les salariés en ont besoin. C’est en ce sens que nous avons toujours plaidé pour le changement. A un moment où plusieurs centaines de formateurs n’ont plus d’activité au niveau national, que la maison AFPA est en grave danger économique (comme le rapport de l’IGAS le signifie) il nous apparait comme indispensable que l’AFPA bénéficie, non pas d’un choc, mais d’une reprise de soi sur des fondamentaux majeurs basés sur la territorialité et l’expérience de ceux qui ont réussi. En ce sens les PSR, – qui sont tous porteurs d’espoir et de lucidité – ne suffiront pas intrinsèquement sans soutien et action nationale de grande envergure. Cette logique de donnant/donnant devrait apparaitre incessamment sous peu, lors du CA du 26 mars, par exemple, avec in fine une activité soutenable et durable pour les années qui viennent. Pour aider cette dynamique, la CFE CGC n’a jamais agité les braises mais a toujours préféré se positionner en terme d’incubateur d’idées. C’est le sens de notre action syndicale.

Bonne lecture. CR CFE CGC du CRE de Lomme du 20 février 2018

 

 

Compte-rendu du CRE Nord Pas de Calais janvier 2018

Un CRE dense avec pour épine introductive la potentialité d’un marché de formation SEVEL NORD de 468 000 € pour la 1ère phase qui pourrait être refusé en l’absence d’accord syndical sur une procédure d’information consultation liée au travail de nuit ( voir compte rendu ),  ce que la CFE CGC regrette fortement et nous apparaît comme assez incompréhensible dans le contexte de récession que l’AFPA vit.

Verbatim :«  Arrivée de Christine MARTOGLIO comme DRH  en remplacement  de Pascal SANDIFORT » – « Une nouvelle collaboratrice Virginie MAURET viendra épauler l’équipe d’administration des ventes »

 « Demande d’information consultation du DR sur le travail de nuit dû à une demande de marché privé en 3X8h à SEVEL NORD pour un montant de 468 000€ »  

« CA à 79 M€ à fin novembre 2017,  9M€ de plus que l’année précédente » – « Résultat net négatif de – 15 Millions d’€ pour la région » – « budget socle 2018 estimé de CA de 69 M€ au lieu de 84 M€ en 2017 «  – « Dans les bruits de couloirs, certains éléments me laissent dire que la 2ème vague sera plus positive » – « Sur le CIF CDD, il y aura plus d’argent en 2018 qu’en 2017 » – « Sur la base de ce budget socle, la baisse des effectifs continue : – 77 CDI »

« Personnel transféré Accès à l’emploi :  27 CDI transférables, 1 CDD transférables, 3 non transférables. » – « Personnel AFPA Entreprises :       15 CDI transférables, 6 CDD transférables, 5 non transférables » -« Les salariés étant désignés ou élus au niveau des IRP ne sont pas transférables à titre provisoire dans l’attente des élections. » –

 « Nombre de jour d’absence moyen par ETP en baisse depuis 3 ans  2016 : 23 jours – 2015 : 28 jours – 2014 : 29  jours » – « 56 % des effectifs ont plus de 50 ans (55 % en 2015, 54 % en 2014), 4 % ont moins de 35 ans » – « 10 licenciements en 2016, 6 en 2015, 4 en 2014 » – « 4 ruptures conventionnelles, 3 en 2015, 1 en 2014 » –

« La démarche en justice engagée en référé par les OS à l’encontre du DR – à l’exception de la CFE CGC – a été déboutée. Les OS sont condamnées au montant de 2000 € »

 Le CR ici : CR CFE CGC du CRE de Lomme du 16 janvier 2018

SNPEA © 2016