Catégorie : Bretagne

Compte Rendu du CRE Bretagne de mai 2018

Chères, chers collègues,

                                                                                                               Ci joint, le déroulé du Comité Régional d’Etablissement sans commentaires ni interprétations,  laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Régionale.  

 La CFE CGC n’a jamais agité les braises mais a toujours préféré se positionner en terme d’incubateur d’idées. C’est le sens de notre action syndicale.

Lire le CR : CREfmai2018

CRE Bretagne Avril 2018

Chers collègues,

Vous trouverez ci-dessous la présentation du plan stratégique par le Directeur Régional lors du CRE d’avril à Rennes, sans aucun commentaire

Verbatim :

« Les orientations nationales ont été présentées le 4 avril  (aucune déclinaison régionale pour l’instant). Pourquoi maintenant et pas avant ? La mobilisation de la gouvernance a duré de janvier à décembre 2017, c’est révélateur de la teneur de l’ambiance au sein de la gouvernance. Dans n’importe quelle autre entreprise, les comités issus du conseil d’administration auraient été constitués dans la foulée (nominations, etc.). Nous on met 6 mois pour le faire. Au lieu de profiter de la dynamique de l’EPIC, on a consacré un an à mettre en place ! Heureusement, la directrice de l’Afpa a commencé à élaborer le plan de transformation de l’Afpa en souhaitant une remontée du terrain vers le national et non l’inverse. Par ailleurs, lancement des activités des filiales, gestion lourde sur le plan administratif et comptable.

Le conseil d’administration devra acter fin juin l’ensemble de la transformation de l’Afpa. La consultation du CE et CRE aura probablement lieu avec les instances existantes (c’est ma perception) et non celles issues des prochaines élections. En septembre auront lieu les négociations du nouveau contrat social avec les nouvelles instances (révision de l’accord de 96).

La nouveauté importante voulue par la Directrice Générale, c’est de re-situer l’Afpa dans un éco-système beaucoup plus large que celui de la formation professionnelle. Ne nous situer que dans le champ de la formation professionnelle est très réducteur, nous avons aussi une dimension sociale. dimension de service public avec le PIC (Si on réussit le PIC c’est pour 5 ans). Il y aura des ruptures de chaîne avec la réforme de la formation professionnelle (exemple la disparition du CIF remplacé par le CPF reconversion qui ne fonctionnera pas de la même façon et mettra du temps à s’installer). Mais il y a aussi des opportunités : nous avons une double valeur, Etablissement public et réseau territorial. Les publics très éloignés de l’emploi ne doivent pas bénéficier uniquement de la formation mais aussi d’un accompagnement social. Réfugiés et migrants : on a déjà au moins 6 personnes, accueillies au départ seulement à l’hébergement, ayant obtenu des contrats de travail. Jean-Louis Borloo (rencontré à 3 reprises)  est extrêmement intéressé par l’implantation territoriale de l’Afpa et la proximité avec les quartiers de ville : Il va probablement dire que l’AFPA doit être un partenaire incontournable de l’intégration sociale et professionnelle dans la politique de la ville ; on pourrait être également un lieu d’accueil pour la mise en place du service national universel et dans le cadre de la réforme de la justice, on présente une surface d’accueil des personnes soumises à des travaux d’intérêt général → potentiel de sécurisation de l’Afpa.

(“L’Afpa une chance pour tous, une réussite pour chacun”, nouveau slogan qui sera affiché sur les voitures  Afpa Bretagne et PDLL)

 Le diagnostic réalisé par un organisme externe à l’ Afpa souligne que l’Afpa présente les meilleurs résultats en terme d’insertion durable à partir de parcours longs et qualifiants. L’Afpa va être recentrée sur son ADN : accueil, accompagnement, formation et insertion. L’activité de l’Afpa va être recentrée sur les publics les plus fragiles. On ne doit pas être une enclave, mais au contraire ouvert sur la cité.

Complément de notre ADN : ingénierie de certification et l’innovation pédagogique.

 C’est la première fois depuis que je suis à l’Afpa que je l’entends s’exprimer sur sa situation financière catastrophique. Sur les 7 dernières années : 700 Millions d’euros de perte cumulée, c’est pratiquement une année de chiffre d’affaires. Changement de modèle de production.

Quelles sont nos cibles :

–         la démarche individuelle de formation (financiarisation du CPF)

Je pense qu’Il faut revoir le temps de face à face du formateur (26 heures ?), l’impliquer dans l’ingénierie et le recrutement des stagiaires. Je pense que 37 heures est un mauvais schémas.

–         les entreprises

–         les conseils régionaux (la loi de 2014 s’applique toujours)

–         l’état

Le diagnostic est clairement posé :

–         on a une expertise,

–         prix trop élevé (surtout à cause de nos charges de structures, sans lesquelles nous serions compétitifs)

–         on prétend répondre à la demande du client alors qu’on plaque nos formations en catalogue

nous serons organisés pour faire du volume (effet de masse), industrialisation pour ne pas tomber dans le piège de faire de “l’artisanat d’art”, industrialisation qui n’est pas antinomique avec la qualité

 Les 5 axes stratégiques :

–         l’adaptation de l’outil de production

–         la solution adaptée

–         l’ouverture des centres

–         le contrat social

–         la performance économique

 

La rationalisation : on va abandonner des formations (on n’en a pas encore la cartographie), exemple 7 plateaux de maçonnerie en Bretagne pour 4 formateurs. Approche régionale et non nationale (PSR). Fermetures des sites inadaptés mais possibilités d’ouvertures car notre force est le maillage territorial. Fermer un site ne veut pas forcément dire fermer des formations qui pourraient être dispensées à un autre endroit plus adapté et proche de la ville. Vous avez raison d’être tentés de croire et vous avez raison d’attendre le COP. On est à l’aube de sujets difficiles mais pas d’une catastrophe annoncée.

 Rationaliser le parc immobilier. Peut-être faire gérer certains de nos hébergements par d’autres ?

 Afpa des campagnes et des villes ( concepts) ? s’ouvrir à notre environnement proche. Par exemple, au lieu de fermer une formation mécanique auto, pourquoi ne pas ouvrir un garage solidaire avec une association locale ?

Exigence qualité COFRAC (seul organisme certification par la loi), pour tous les organismes. Cet organisme certificateur est très exigent.

 Produire avec d’autres : partenariats au-delà des partenaires habituels  de formation.

 Ouvrir les centres : Afpa Village, exemple accueil du CNAM à l’Afpa de Lorient, pourquoi pas mettre en place des “showrooms”, accueil de fondations, de start-up, etc.

 Renouveler le contrat social

Réorganisation interne : comment retrouver l’’équilibre économique ? Un étage de la Cityscope c’est 500 000 € par étage. Organigrammes simplifiés (plus de lignes métiers).

 Transformation numérique : feuilles de présence numérisées (expérimentation à Saint-Herblain)

Systèmes informatiques : “je m’en méfie”

Renforcer le pilotage économique : le contrôle de gestion doit prendre sa place, toute sa place.

Compte Rendu du CRE Bretagne février 2018

Chères, chers collègues,   
Ci joint, le déroulé du Comité Régional d’Etablissement sans commentaires ni interprétations,  laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Régionale.

Un CRE « standard » dans l’attente de différentes décisions qui impacteront  indirectement ou directement  notre avenir : les conclusions de la réforme de la formation professionnelle, les premières décisions opérationnelles de mise en œuvre du PIC, et d’éventuelles prises de position en notre faveur comme…ne boudons pas notre plaisir, le rapport d’Aurélien TACHE rendu public la semaine dernière, qui dit que  « l’Afpa pourrait voir son rôle en matière d’accompagnement des primo-arrivants accru.« 

Comme cet exemple l’indique, la CFE CGC est fermement convaincue et ceci depuis longtemps,  que des prises de décision opportunes viendront,  non pas sécuriser le passé, mais nous accompagner vers un renouveau qui ne symbolisera plus l’échec de ces 5 dernières années. Les salariés en ont besoin. C’est en ce sens que nous avons toujours plaidé pour le changement. A un moment où plusieurs centaines de formateurs n’ont plus d’activité au niveau national, que la maison AFPA est en grave danger économique (comme le rapport de l’IGAS le signifie) il nous apparait comme indispensable que l’AFPA bénéficie, non pas d’un choc, mais d’une reprise de soi sur des fondamentaux majeurs basés sur la territorialité et l’expérience de ceux qui ont réussi. En ce sens les PSR, – qui sont tous porteurs d’espoir et de lucidité – ne suffiront pas intrinsèquement sans soutien et action nationale de grande envergure. Cette logique de donnant/donnant devrait apparaitre incessamment sous peu, lors du CA du 26 mars, par exemple, avec in fine une activité soutenable et durable pour les années qui viennent. Pour aider cette dynamique, la CFE CGC n’a jamais agité les braises mais a toujours préféré se positionner en terme d’incubateur d’idées. C’est le sens de notre action syndicale.

Nicole HUBERT

Déléguée Syndicale Conventionnel Régionale Elue titulaire au CRE

 Anthony LE-DUC  Représentant syndical CFE-CGC

cfecgcafpa.org/…8/03/CRE-bret-fev2018.pdf

INFORMATIONS CRE BRETAGNE D’AVRIL 2016

Cher(e)s Collègues,

Vous trouverez ci-dessous mes prises de notes du CRE d’Avril, sans les commentaires ni les interprétations des Organisations Syndicales, laissant ainsi uniquement place aux propos et informations de la Direction Régionale.

Information du président

Olivier Labat (OL) :
Le message de Barou à l’ensemble des salariés de l’afpa présente 2 chantiers :
· (fondamental) la transformation en Epic et filiale SCIC comme une forme d’aboutissement à la refondation de l’Afpa
· La contribution de l’Afpa à la réussite du plan 500000

Informations d’ordre politique :

Mme Bréard désignée par l’ARF comme l’un des membres du conseil d’orientation de l’Afpa (3 des représentants des régions sur 4 sont issus de régions de gauche). Elle sera ainsi très au fait du changement en EPIC. Comment cet EPIC se situera en terme de concurrence (SIEG ?, SSIG ?, etc.). Mme Bréard va pouvoir capitaliser notre vision des choses. Ce n’est pas neutre : Cela montre une volonté de JY Le Drian que le CRB, au travers de sa vice-présidente, soit présent dans la conduite des affaires de l’Afpa.
Cette même Mme Bréard vient d’être nommée comme membre du CNEFOP, pas neutre non plus car elle est à la fois membre du conseil régional de Bretagne, membre du conseil d’orientation de l’Afpa et membre du CNEFOP. Elle disposera donc de toutes les informations nécessaires au pilotage activités de formation professionnelle en Bretagne. Cela rejoint l’ambiance extrêmement positive dans laquelle nous vivons actuellement en terme de relation avec le Conseil régional;

Mme Bréard a fait part de son souhait que la prochaine réunion de la commission formation aura lieu dans un centre Afpa, le 27 mai à Saint-Brieuc. Nous profiterons de cette réunion pour faire une présentation de l’Afpa par Christophe SADOK (l’évolution pédagogique et les offres de l’AFPA). Nous mettons à profit le fait que c’est la première fois que la réunion de la commission formation de la région aura lieu dans un centre AFPA. Ainsi, Mme Bréard saisira les enjeux internes et externes de l’AFPA : l’Afpa n’a d’utilité qu’à partir du moment où elle révèle son utilité sociale dans le cadre du SPE. On a une assise, que je considère plus solide que par le passé, sur la connaissance du CRB de l’AFPA et ce qu’elle représente.

De part ces 3 mandats (ARF, Conseil d’orientation de l’Afpa, et CNEFOP), Mme Bréard aura une meilleure connaissance de l’Afpa et plus généralement des débats autour de la formation, et cela va lui permettre d’avoir (peut-être) une autre approche.

Marie Le Roux, pour Saint-Malo, a pris l’initiative de présenter au comité économique de Saint-Malo, le projet de mettre en place une bâtiment à énergie positive en démonstration (comment on construit, comment cela fonctionne, etc.) en partenariat financier (sollicitation aides publiques, comité de développement économique, conseil régional, etc). Ce bâtiment ne sera pas utilisé pour faire de la formation mais sera un lieu ouvert aux professionnels, aux lycées, aux étudiants, aux chercheurs, etc. Les services juridiques du CRB ont écrit que la région ne peut pas subventionner ce type d’investissement au regard de la concurrence vis-à-vis des autres organismes. Or, il ne s’agira pas d’un atelier de formation mais bien de démonstration pour tous les partenaires. Ce ne sont pas aux services juridiques de prendre les décisions politiques mais c’est à eux de faire en sorte de trouver les solutions juridiques pour mettre en œuvre les décisions des politiques.
Suite à la présentation de ce projet par Marie LE ROUX, le conseil économique a voté à l’unanimité, demandant aux services juridiques de trouver les moyens de réaliser cette opération.

Il y aura probablement à l’avenir des débats de fonds dans les régions sur le financement de la formation professionnelle.

Information interne : la nomination de Jean-Marc Bonnard comme directeur de la ligne Conseil en Formation en remplacement de Françoise Le Men qui quittera l’Afpa le 1er juillet prochain.
On présentera au CRE de mai une nouvelle organisation de la ligne Conseil en formation.

Plan 500 000 : nous avons eu une réunion avec les services du conseil régional sur l’état des commandes. Tous les marchés PBF sont complétés à 100% par le bon de commande n°2. Il nous faut assurer la programmation jusqu’au 31 août 2017. Certains marchés ont été abondé de 15% de places supplémentaires (limite autorisée par le marché public). Ce sont des places complémentaires, marché par marché. Nous avions peur que le CRB soit sélectif sur ces abondements et ne retienne pas forcément les marchés « traditionnels » (bâtiment, etc.). Mais tous les marchés sont abondés y compris les plateformes bâtiment. Ces abondements relèvent du plan 500 000 et devront être « entrés » dans le dispositif avant le 31 août 2016. Le conseil régional nous affectera également des marchés similaires, c’est-à-dire des commandes qui s’appuient sur le marché existant, par exemple des AEB sur Saint-Brieuc. Donc commande en tenant compte du support du marché existant mais dans un autre lieu. 10 à 12 marchés similaires.
Au total, cela représente plus de 520 parcours, soit environ 3 millions d’euros (ce qui correspond à ce que nous avions envisagé. Le marché « compétences transverses » (pas nous mais nos partenaires CLPS et GRETA) passe de 150 à 600 places. Dans le cadre de nos partenariats on pourra prétendre à prendre notre part selon ce qui a été convenu (probablement autour d’une dizaine de groupes). Par ailleurs, il va y avoir un nouvel appel d’offres sur PBF courant mai, pour des entrées prévues en septembre ou octobre. Il ciblera des nouvelles formations qui n’existent pas dans PBF. Il couvrira la fin de l’année 2016 et 2017. Occasion pour nous de proposer de nouvelles offres en particulier liées au numérique. Réunion cet après-midi au CRB de tous les opérateurs proposant de l’informatique pour faire le point des offres existantes. On va proposer « topomètre géographe » à Morlaix, offre qui n’existe pas en formation continue en Bretagne, mais aussi, adossée à la formation « cycles et motocycles », une formation « réparation matériels parcs et jardins » à Morlaix ou « concepteur web » à Saint-Brieuc, Rennes, etc.
CODIR vendredi centré sur la programmation bon de commande n°2, abondement, et marchés similaires + la construction de nouvelles offres proposées à la fois au conseil régional mais aussi aux unités territoriales par les directeurs.

Questions des OS sur la mise en œuvre de tout cela et des conséquences pour les personnels.

C’est l’objet de mon questionnement. Il faut absolument repérer les « points durs » (en terme de RH, matériels, locaux, etc.) avant de faire les propositions. Si on n’a pas les moyens nécessaires, on ne propose pas.

Demande des OS : faire venir, en particulier les nouveaux formateurs, 3 semaines au moins avant les formations. Certains de ces nouveaux collègues sont en situation de « burn-out ».

OL : J’ai demandé de prévoir une phase d’intégration de 3 semaines. Phase qui n’est pas toujours possible actuellement dans le fonctionnement « quotidien ». Nous ne pouvions pas agir en ce sens tant que nous n’avions pas une lecture des commandes. Aujourd’hui on l’a. D’où l’importance du CODIR de vendredi sur la programmation, ce qui nous permettra d’anticiper. Nous avons également remonté des besoins au national qui a transmis le potentiel d’embauche à Pôle Emploi pour constituer un vivier qui commence à se constituer.

OJ : outre le fait de commandes qui « tombent » du jour au lendemain, on a été sur un tel champ de contrainte, que même psychologiquement on ne s’autorisait plus à embaucher en amont de la formation. Je donne des autorisations pour une intégration plus qualitative. Les manageurs de formation m’interpellent désormais sur le sujet. Je donne également un certain nombre d’accords pour l’appui administratif. On a commencé à sourcer sans attendre les commandes avec la DRH nationale. Des offres sont publiées sur l’APEC, Intérim, etc. pour les besoins connus et à venir. Les CV sont présélectionnés par une équipe nationale.
Je ne comprends pas pourquoi la rubrique « je recrute » a été enlevée du site afpa.fr. Elle a été remise et commence à donner des résultats. On mobilise également de plus en plus le dispositif itinérant.

Présentation « points conseil en formation »

Ouverture prochaine d’un « point conseil en formation » à la DR.
Communication à l’externe fin mai sur l’agglo de Rennes et des conseillers d’Acticall.
Premier niveau d’information et proposition, chaque fois que nécessaire, d’un rendez-vous dans un centre Afpa.
Permanence par binôme (personnel DR et/ou centre de Rennes de la ligne conseil en formation) sur des plages horaires définies et accessibles au public salarié. On profite du passage important sur l’avenue, de la proximité de 4 agences d’Interim et de 2 stations de métro. Une évaluation sera effectuée au plus tard à 60 jours (qualification des publics, des demandes, des rendez-vous).
Communication interne : invitation des salariés de Rennes à découvrir les lieux à partir du 21 avril
Ouverture prévue le 17 mai.

Audit qualité

Disparité des situations selon les sites :
· On n’est pas au degré de totale conformité
· Audit externe prévu en juillet au lieu de mai

Ce point doit être le premier point abordé dans toutes les réunions de direction.

Cléa

Afpa transition assure l’évaluation (positionnement) et la certification.
Afpa formation ne peut pas pour l’instant (pas assez de flux) assurer le volet formation alors que nos concurrents (CLPS et GRETA) sont prêts.

Clea est une certification interprofessionnelle reconnue par tous.

Une expérience a été menée à Saint-Brieuc : Sur 24 personnes, 21 se sont déclarées intéressées par la démarche.

Evaluation actuelle : 2 heures d’entretien individuel
4 à 5 heures de tests
2 heures de restitution
—> infaisable
Travail sur allègement de ce positionnement : plus d’entretien individuel, test collectif, temps de restitution réduit.

Point GPEC

55 dossiers, essentiellement sur mobilité temporaire
930 jours mobilité
55 missions pour 29 salariés différents.
Mobilité hors région : 6 en PDLL, 1 Normandie, 1 IDF

Infos éco
Les présences en mars sont notablement inférieures, ce qui correspond aux entrées massives en septembre (PBF) et des sorties massives en mars (phénomène cyclique)
HTS : on passera en positif en avril grâce aux entrées de mars et avril
Faiblesse du marché entreprise du sans doute au manque d’animation régionale. « j’en prends la responsabilité ».
l’idée de « patron de marché » est bonne mais la répartition de 27 marchés sur les centres et trop grande (dispertion) ==> ramener la notion de pation de marché aux Centres Stratégiques et centres régionaux de référence (exemple bois). Ce qui ramène à 14 domaines

Nicole HUBERT – Déléguée Syndidale Conventionnelle Régionale

SNPEA (Syndicat National des Personnels des Etablissements Afpa)

Si vous ne souhaitez plus recevoir d’informations de notre part, cliquez ici

SNPEA © 2016