« En direct » du CCE extraordinaire du 5 avril 2018

Un CCE où le bilan de la situation de l’AFPA a été fait par un cabinet et les orientations stratégiques ont été présentées autour de 5 axes.
 1. Adapter notre outil de production aux besoins de compétences de l’instant et de demain au service des politiques publiques et des branches professionnelles
2. Passer de l’offre catalogue à la solution adaptée aux différentes réalités du territoire, de l’entreprise et de la personne dans le cadre de nouveaux partenariats publics/privés
3. Ouvrir nos centres pour créer des plateformes où s’inventent de nouvelles solutions inclusives pour l’emploi, pour passer d’une logique de subvention à une logique d’investissement social dans des solutions co-construites
4. Renouveler notre contrat social pour redonner du sens individuel et collectif à nos missions
5. Viser la performance organisationnelle et optimiser nos fonctions supports du siège et des régions.
 
Pas d’annonce choc, pas de chiffres, un constat lucide néanmoins sur nos forces et faiblesses, un projet qui ouvre des perspectives et qu’il est temps de concrétiser.
 
Verbatim : « La remise en cause des accords de 96 : il n’est pas question de remettre en cause en bloc les accords, mais peut-être de procéder à quelques aménagements, suivant la nécessité. » -« Il faut rationnaliser également notre parc immobilier soit accueillir des partenaires, soit céder une partie de nos centres en concession. » -« Il faut recréer une ligne métier Accompagnement » – «  Comment se servir du PIC pour évoluer, en préparant aussi l’après PIC ? »-  RH «  il nous faut une flexibilité interne, pour gagner en polyvalence, gérer et accompagner les mobilités géographiques »-« Un de nos objectifs à mettre en œuvre : s’adresser à une région comme nous nous adressons à une entreprise »- –Hébergement : «  il faut donc étudier des partenariats » –Restauration : étudier les possibilités de restauration externes » -« Nous devons avoir des partenariats programmés et pérennes pour l’inclusion sociale »-« Avoir un contact beaucoup plus régulier avec les entreprises notamment, au sein de nos centres » – si le COP est orienté sur 5 ans, les perspectives de construction de notre redressement sont favorables. » « La réforme de la FP : conseil des ministres le 18 avril. Nous verrons ce que cela peut nous apporter » – -« nous devons accompagner le public sur la mise en œuvre de leur CPF »-« Les PSR ne sont pas arbitrés. Ce travail réalisé doit être mis en relais des orientations stratégiques » 
 
SNPEA © 2016