« En direct des CRE extraordinaires 19 février 2019 »

Languedoc RoussillonCompte Rendu CFE-CGC du CRE Extraordinaire du 19 février 2019

Une erreur s’est glissée dans notre compte rendu du CRE extraordinaire du 19 février 2019.
Le plan de réorganisation n’aura aucun impact sur les postes au centre de St Chély d’Apcher.

Ile de France :  CR CRE 19 Fév 2019

Rhône Alpes :

Présidence Christophe PICARD DR
Présence Claire GUISLIN DRH

Présentation des impacts des projets, trajectoire économique régionale, principes directeurs de cette réorganisation et détail par périmètre au sein de la région Rhône alpes C. Picard DR

Le projet doit permettre d’améliorer ses équilibres économiques.

Trajectoire économique attendue région AURA

La région AURA reste déficitaire en 2021 mais améliore néanmoins sa contribution à l’EBE.

Sur trois années amélioration considérable.

En dehors de la réduction du dispositif productif, d’autres leviers ont été pris en compte dans la projection nationale, et impacts sur la région.

Progression du ratio CA/ETPT  pour 2018 ressort même si les comptes ne sont pas encore définitivement arrêtés à 64Keuros par ETP et donc en projection progresserait de10% de 2018 à 2021 pour atteindre 89Keuros par ETP. Ce qui reste des valeurs relativement faibles si on les compare à la moyenne nationale et aux valeurs de certaines autres régions qui dépassent largement les 100Keuros par ETP. Pour autant voilà la trajectoire qui permet non pas de revenir totalement aux équilibres en trois ans mais en tout état de cause d’améliorer notablement la situation et de limiter de façon importante le déficit constaté aujourd’hui.

3 leviers : prévision de fermeture de centres, réduction d’effectif et réduction des frais de déplacement mais également mise en place de plan d’achats et de conception à coût objectif pour le produit sur lesquels nous faisons les volumes les plus importants.

Il est à noter que cette trajectoire de frais de fonctionnement ne concerne que les charges à proprement portés par la Région Auvergne Rhône Alpes et ne tient pas compte des économies prévues au niveau du siège.

En ce qui concerne la Masse salariale, celle ci étant étroitement liée au nombre d’ETP et donc la trajectoire concernant les ETP sur la période de 2017 à 2021

Pour 2018 : 563 ETP moyen  qui se réduiraient de manière peu importante en 2019 : 552 ETP moyen, de façon plus importante en 2020 à 449 ETP moyen et en fin de période en 2021 : 414 ETP moyen cela bien évidemment sous l’effet du projet de fermeture de centres et de réduction d’un certain nombres de dispositifs.

Budget prévisionnel :

En ce qui concerne les produits, le budget 2019 se chiffre à 39.5 millions, c’est à dire quasi équivalent au budget 2018 et pour les charges de personnel ils s’établissent à un peu plus de 38 millions. Ces charges du personnel sont déjà presque équivalent aux chiffres d’affaires réalisés. Il est évident que dans ce contexte toutes autres dépenses que des charges de personnel viennent créer du déficit.

Les frais de fonctionnement pour le budget 2019 s’établissent à 15.5 millions environ et donc la contribution à l’EBE apparait en déficit à hauteur de 14 millions d’euros pour l’exercice 2019. Une amélioration par rapport à 2018 où le chiffre avant clôture ressortait à 18 millions d’euros mais pour autant encore un déficit important pour l’exercice 2019 puisque ce n’est pas sur 2019 que les effets les plus importants de ce projet du plan de transformation se réaliseraient.

Dans le cadre du budget 2019 en effectif ETP CDI à 481, ETP CDD à 70 pour un total d’ETP Moyen à 551.

Les frais de fonctionnement sont en réduction pour 2019 sur des lignes pour lesquelles il y a des fermetures de centre : Entretien courant, téléphonie et Réseaux, nettoyage/gardiennage.

Point 1 — Information — consultation sur le projet de restructuration et de nouveau modèle organisationnel de l’Afpa et ses modalités d’application au sein de la région Auvergne Rhône Alpes (articles L 1233-30 1et L 2323-31 du Code du travail).

Tout se base sur mai 2018 en AURA c’est le résultat économique du GRN qui a été pris en compte.

Ce projet est un projet de retour à l’équilibre.  Cependant, il y a une action de développement attendue pour pallier les clients perdus.

Principes directeurs de réorganisation

1)    Améliorer la rentabilité des dispositifs de formation : fermeture de GRN avec ou sans maintien des plateaux techniques. Si maintien du plateau, on peut répondre à une demande avec des ressources temporaires. Ajuster à la hausse ou la baisse le nombre d’emploi par GRN. création de postes sur certains GRN pour absorber l’augmentation des activités.

2)    Réduire le niveau de dépendance aux finances publiques : Définition et mise en oeuvre de plans de développement commerciaux sur des cibles correspondant aux « identités Métier » des centres. Mise en place d’une plateforme relation clients pilotée au niveau régional pour :

  • Faire connaitre notre offre et nos places disponibles
  • Capter et donner suite à des demandes individuelles
  • Tracer commandes et contacts
  • Lancer des campagnes marketing
  • la monétisation du CPF peut aider.

3)    Adapter notre offre de services aux besoins des territoires de la région : ce qui conduit à la fermeture totale de trois centres principaux (Aurillac, Lyon Rillieux et le Puy en Velay) et deux centres associés (Roanne et le Teil) Bien évidemment l’idée est de ne pas abandonner les territoires où nous ne serions plus de manière pérenne et de continuer d’écouter le besoin de ces territoires dans le but de pouvoir y répondre mais avec des solutions agiles temporaires. Créer de nouvelles formations, adapter aux territoire, structurer l’offre sur le grand Lyon en regroupant les centres (management unique, recentrage et redistribution des activités, afficher lyon métropole).

Dans le fait d’adapter notre offre de services aux besoins des territoires c’est renforcer les identités métiers correspondants aux activités dominants du territoire. Exemple : comment ne pas penser en pays de Savoie à orienter notre offre vers les métiers de la montagne et du tourisme

Création de nouveaux GRN pour répondre aux besoins des territoires : tourisme (Annecy), webdesigner (Grenoble et Clermont), logistique (Saint Priest)

Renforcement de la visibilité de l’AFPA et de la lisibilité de ses offres sur le territoire de lyon Métropole via :

  • Transfert partiel des activités du centre de Rillieux sur les centres de Vénissieux et Saint Priest
  • Recentrage du centre de Vénissieux sur le tertiaire, l’industrie et l’innovation industrielle
  • Recentrage du centre de Saint Priest sur le bâtiment, le commerce/distribution, les métiers de bouche
  • Management unique des centres de Vénissieux et Saint Priest
  • Mise en place d’un service « Accompagnement des parcours » commun aux 2 centres , basé sur Vénissieux. Ce qui aura pour effet un guichet unique.

4)    Ajuster les effectifs « structure » au regard du volume d’activité cible.

Direction Régionale : ajustement prenant en compte la baisse d’activité et les gains d’efficience attendus par le regroupement sur le site de Vénissieux

Fermetures Centres : Aurillac, Lyon Rillieux, Le Puy en Velay, Le Teil, Roanne

Ajustement à la baisse des effectifs : Bourg en Bresse, Chambéry, Clermont Ferrand, Grenoble, Montluçon, Saint Etienne

Ajustement à la hausse des effectifs : Annecy, Beaumont, valence, Vénissieux, Saint Priest

Pour le centre de Romans les effectifs resteraient stables

5)    Apporter des réponses aux besoins croissants en matière d’accompagnement (préparatoires, pré insertion, FLE …).

Autre principe directeur fort de ce projet pour la région Auvergne Rhône Alpes, c’est le fait de pouvoir s’investir, se réinvestir de manière importante sur les dispositif d’accompagnement, en effet le PIC , le PACTE créer des opportunités en matière d’accompagnement bon nombres de projets d’appels d’offres sortent actuellement avec des nécessités, des demandes de prestations d’accompagnement ce sera le cas d’ailleurs du futur appel d’offre AFC / Pole emploi qui contrairement à ce qui se pratiquait par le passé exigera la mise en oeuvre de prestation d’accompagnement comme de la remise à niveau, du coaching, de l’accompagnement vers l’emploi.

Nous avons une carte à jouer sur ces prestations d’accompagnement qui font partie de notre ADN que nous réalisons depuis fort longtemps.

  • Sécurisation de notre intervention sur le dispositif « Prépa compétences » sur le volets quantitatifs et qualitatifs pour assurer sa reconduction annuelle.
  • Renforcement de notre présence sur des dispositifs d’accompagnement existants peu déployés dans la région (Cléa, Déclic) via des actions de promotion de ces dispositifs auprès des branches professionnelles et prescripteurs
  • Développement de notre intervention sur l’apprentissage FLE (notamment avec HOPE)
  • Augmentation des ressources sur les domaines d’activité de « Pré professionnalisation » et de « Pré insertion »

6) Optimiser la cartographie des dispositifs de formation avec de nouvelles modalités de production.

Revisiter nos modèles pédagogiques et de production à l’aune des demandes et exigences des financeurs il nous faut impérativement construire des modèles de production avec des phases présentiels et à distance, renforcer ces modèles avec le digital.

  • Secteur tertiaire administratif : modalités de formation en présentiel et à distance
  • Secteur informatique : constitution d’un collectif de formateurs aux compétences complémentaires, développement des formations à distance
  • Secteur propreté : mise en oeuvre de formations sur tout le territoire via un plateau mobile
  • Secteur du second oeuvre bâtiment : mise en place d’une plateforme accueillant différents types de parcours sur plusieurs métiers
  • Renforcement de l’identité métier des centres. A titre d’exemple.

A titre d’exemples : Beaumont ——- industrie
Pays de Savoie ——– montagne
Vénissieux ———— industrie du futur

Développer les dispositifs de formation mobiles (entretien, fibre optique…). Modalités d’apprentissage à revisité pour le second d’œuvre en développant une plateforme commune à différents métiers de sorte à rendre les dispositifs rentables.

Point 2 — information-consultation sur un projet de licenciements économiques collectifs (articles L 1233-30 2du Code du travail) portant sur les points suivants :

Le Président rappelle une précision de langage par rapport à la temporalité inscrite sur le document remis : avant d’aborder les impacts du projet de réorganisation. Il demande de remplacer ORGANIGRAMME ACTUEL par ORGANIGRAMME au 31 mai 2018.

A fin mai 2018 : 536 emplois au niveau de la DR AUVERGNE RHONE ALPES

A la cible une organisation qui compterait 419 emplois

A ce stade la CFE-CGC fait le choix de laisser la responsabilité aux Directions Respectives de présenter l’impact du plan de réorganisation au personnel

Critères d’ordre des licenciements

Calendrier prévisionnel des licenciements

Aucune évolution depuis novembre (réf livre 1).

Mesures sociales d’accompagnement prévues par le plan de sauvegarde de l’emploi

Aucune évolution depuis novembre (réf livre 1).

Point 3 — Deuxième réunion d’information-consultation sur les conditions de mise en Œuvre du congé de reclassement (article R 1233-17 du Code du travail)                                                                           Aucune évolution depuis novembre (réf livre 1).

SNPEA © 2016